Canette ultra fondante au roaster, Farandole de petits légumes rôtis

(Recette festive, saine, légère et à IG bas)

 

 

intro-2-2Tant pis, je continue avec mes histoires de volaille… Certes, je ne fais pas dans l’originalité, mais vu que pour mon festin de Noël je préfère infiniment une belle volaille qu’un tournedos de crocodile ou un pavé de seitan laqué, j’assume.

La semaine dernière, il a déjà été question de dinde, mais cuite façon basse température, et autant dire que ça change tout…

Dans ma quête pour vous faire oublier les grosses bêbêtes de Noël en carton-pâte, je voudrait vous parler aujourd’hui d’un autre « plan B » anti-étouffement qui va révolutionner votre réveillon: le roaster.

Un roaster, c’est une sorte de grosse cocotte très légère en tôle d’acier revêtue de céramique (attention de ne pas en choisir un de mauvaise qualité avec un revêtement anti-adhésif à base de téflon!). Vous en trouverez par exemple sur le site de Warmcook avec possibilité d'être livré avant Noël si vous faites vite...

Comme ustensile, ce n’est pas très glamour, mais les volailles, rôtis et légumes qui cuisent au roaster en ressortent dorés à souhait (ça OK tout le monde sait à peu près le faire), mais aussi d’un fondant, d’un moelleux, d’un juteux qui m’a bluffé (et ça par contre, en général c’est le hic, car si dehors c’est bien doré, souvent dedans c’est plutôt secco…)

Côté préparation, vous n’avez qu’à « jeter » votre volaille salée et poivrée dans le roaster, poser le couvercle et enfourner. Basta. La volaille va cuire toute seule, se faire « auto-arroser » de son propre jus par les picots du couvercle tout au long de la cuisson sans se dessécher d’un yota. Bon, ça va, ce ne sera pas trop compliqué ? Vous pourrez même ajouter quelques petites herbes, ce n’est pas interdit, ou farcir votre volaille.

 

_DSC3052-2Ici, j’ai fait cuire une petite cannette, toute seule, avec juste sel, poivre et origan. Je crois que je n’en ai jamais savouré de meilleure…

Mais vous pouvez aussi faire cuire une dinde, un poulet, un chapon, un rôti, une oie, tout ce que vous voudrez (même un cuissot de caribou, des rognons d’autruche ou des paupiettes de tofu si vous voulez absolument faire dans l’original) car il existe 3 tailles de roaster : le petit, le moyen et le gros.

Et avec la bêbête, on mange quoi ?

Des pommes de terre (Dauphines, noisettes, sautées, etc.) ? Aïe pour la ligne.

Des marrons ? Classico-classique.

De la purée (de topinambour, de potimarron, de châtaigne, etc.) ? Pas mal, mais tonton Roger va vous dire que ça c’est de la nourriture pour bébé….

Des cardes (c’est la tradition ici, dans le Dauphiné) ? Là, tonton Roger va vous dire qu’il est pas malade.

On pourrait comme ça énumérer tout ce qui est possible, voir même carrément sympathique (poêlée de légumes, sauté de champignons, ravioles…) , mais avez-vous pensé à servir des légumes rôtis ? Parce que ça, c’est vraiment original et absolument succulent…

Quand il va les voir arriver les légumes (tonton Roger), il va peut-être un peu râler pour la forme. Mais quand il y aura goûté…  

 

Documents6-2Imaginez un plat associant plusieurs parfums, couleurs et textures différentes : croissants de potimarron bien dorés et fondants, topinambours croustifondants comme des pommes de terres sautées, fleurettes de romanesco bien parfumées, demi-échalotes confites … Le tout arrosé du jus de la volaille, et bien mes amis je vous raconte pas comme c’est bon. Nos amis végétariens pourront même carrément zapper la volaille, ce n'est pas un souci!

Et puis côté confection, c’est un vrai plat de fainéant : Vous brassez les légumes dans un saladier avec du sel, du poivre, de l’huile d’olive et des petites herbes, vous les répartissez dans un plat de four, vous enfournez en même temps que la volaille. C’est tout. Après vous n’aurez plus qu’à finir les dernier paquets cadeaux, enlever vos bigoudis, essuyer la vaisselle de mémé qui a pris la poussière, arrêter la petite dernière qui secoue le sapin comme un prunier,  enfiler vos chaussures à talon parce que les charentaises avec la belle robe c’est pratique pour courir partout mais ça fait vraiment cloche (surtout avec les bigoudis), râler sur le dernier imbécile qui a rangé la nappe avec une tâche, chercher partout le seul couteau de la maison qui coupe quelque chose (c’est le mari qui l’a pris pour ouvrir un carton au salon, rassurez-vous vous allez le retrouver tout à l’heure en vous asseyant dans le canapé), vous résigner à couper 28 tranches de pain au couteau-suisse, courir en charentaises dans l’escalier pour aller ouvrir au livreur, recourir dans l’escalier dans l’autre sens avec en plus un bouquet de fleur sur les bras que vous ne saurez pas où mettre vu que dans le seul vase assez grand ya déjà une bouteille, acceuillir tante Lucie qui arrive toujours en avance, guider par téléphone tonton Roger qui arrive toujours en retard, vous rappeler in extremis que vous aviez des toasts au four, ouvrir la fenêtre pour y déposer les toasts décidément beaucoup trop « toastés » et aérer la cuisine enfumée, enlever les piles du détecteur de fumée parce que là cette sirène ça commence à vous saouler, vous appercevoir que la sirène, c'est pas le détecteur c'est l'ambulance playmobil que vous avez imbécilement offert à votre fils, vous rappeler que vous cherchiez un vase avant l’incident des toasts incendiaires, etc. vous tourner les pouces et souffler un peu.

Brfe, un plat super bon, sain, léger, facile à faire et qui en jette... L'idéal non?

 

 

  

Ingrédients pour 8 personnes

Préparation : 10 à 15 minutes

Cuisson : 1 h 30

 

1 cannette fermière

1 potimarron

1 chou romanesco

8 topinambours

8 échalotes

Huile d’olive

Sel, poivre, herbes de Provence

 

 

_DSC3134-2-2

Préchauffer le four à 180°C.

Saler et poivrer la volaille, ajouter éventuellement des petites herbes et la déposer dans le roaster.  Fermer le couvercle et enfourner pour 1H30.

Si vous n’avez pas de roaster, attention à bien arroser la cannette pendant la cuisson.

Pendant ce temps, découper le potimarron en « croissants » (retirer les graines mais garder la peau), éplucher les topinambours et les échalotes, couper les échalotes en deux, détailler le chou romanesco en grosses fleurettes.

Mettre les légumes dans un grand saladier, ajouter 6 cuil à soupe d’huile d’olive, du sel, du poivre, des herbes et bien brasser le tout.

Répartir sur la lèchefrite du four préalablement chemisée de papier cuisson puis enfourner sous la grille de la cannette pour 45 à 50 minutes.

Servir ensemble.

 

Peut-on aussi se servir du roaster pour faire cuire les légumes ? A priori, je dirai que oui, bien sûr, mais je n’ai pas pu tester parce que dans le roaster il y a avait justement un canard qui squattait les lieux…

 

 

Le « plus » nutritionnel :

C’est vrai, à Noël on ne se prend pas trop la tête avec tout ça, quoi que… Même sans parler de balance (au placard celle-là à Noël !) c’est tout de même drôlement sympa de se régaler sans être ensuite tout vert et tout nase les jours suivant non ? Alors misez sur des menus bien gourmands mais tout légers et digestes comme celui-là : Légumes, volaille, basta. Le « top » en matière d’équilibre, mais tellement bien cuisiné que votre gourmandise en sera comblée…

Et pour la bûche ?

Vous pouvez aller voir ici ou ici, ou encore espérer que je trouve un peu de temps d’ici Noël pour vous mettre une nouvelle recette, mais c’est pas gagné…