09 juillet 2014

Pour Véro…

 

Cookies pralinés au son d’avoine

(IG très bas !)

 

_DSC5775-2

Connaissez-vous le dicton (justifié) :

« En Juillet dans le Dauphiné,

N’oublie pas tes gants et ton bonnet

Ou t’auras la goutte au nez »… ?

 

Non ? Normal, j'viens de l’inventer.
Aujourd’hui mercredi 9 juillet,
Pluie, tempête de vent, 12°degrés.
En revenant de la boîte aux lettres,
J’ai eu du mal à m’en remettre !
M'a fallu 4 cookies pralinés
Pour commencer à m'réchauffer…
Juillet, certes, c’est le plein été
Mais ne rêve pas d'un mojito glacé
À l’ombre fraîche d’un grand noyer...
Vite, vite, un café brûlant,
Histoire de ne plus claquer des dents.
Ah, ce réchauffement climatique !
Il m’inspire des vers pathétiques poétiques…
J'vous le fais pas en alexandrins,
Ou j’y serai encore demain matin. (Qui a dit « poil aux mains » ?)

 

_DSC5947-3-2Bon, amis de la poésie, bonsoir fuyez, car si ce ne sont pas des vers de rage (d’où l’expression « vert de rage » ? Ah non, pardon…) car j’aime beaucoup la pluie, ce sont du moins des vers complètement dépareillés (et plus précisément, des vers à pieds, dépareillés..).

Allez, bon courage les gars, et voyons la vie du bon côté : au moins, on crève pas de chaud ! ;))) Et à choisir entre ce temps frisquet, vivifiant et la canicule accablante, et bien promis, moi je vote pour ça !

Pour se remonter le moral, voici une recette rien que pour Véro, qui me demandait tout dernièrement une recette de biscuits à IG très bas, je cite « avec du son d’avoine et de la farine intégrale, dans le but de se caler en cas de besoin ». Ben voilà, c’est fait Véro, et non seulement ça cale, mais en plus c’est bon !

Évidemment, ces cookies sont un peu plus rustiques que ceux au beurre et à la farine blanche, mais pour ma part, j’ai raffolé de leur texture bien croquante et de leur délicieuse saveur de céréales. Le tout avec plein d’éclats de noisettes torréfiées et de grosses pépites « maison » de chocolat noir…

 

_DSC5804-2-2

Bon allez, j'vous le refais en poésie,
Pour vous souhaiter bon appétit !
Arrêtez de rire bandes d’ignares,
De mes lamentables vers barbares,
Si vous croyez que j'vous vois pas
Planqués derrière vos écrans plats !
Victor Hugo se retourne dans sa tombe
Mon poème, y’a pas à dire, c’est de la bombe !
Je vous souhaite à tous de bonnes vacances
Ne regrettez pas trop mon absence
Car il est vraiment temps, je pense,
Qu’après ces semaines intenses
Mon cerveau surbooké se repose
Avant de reprendre ma prose
Avec un peu plus de talent
Euh… poil au dents.
Je vous dis donc, à fin juillet,
Profitez bien de ce temps irlandais
Pour vous gaver de cookies pralinés
En buvant du café à ma santé !

 

Cookies pralinés au son d'avoine 

Ingrédients pour 15 cookies
Préparation : 10 min
Cuisson : 15 min
 
75 gr de son d'avoine
75 gr de farine intégrale (blé ou grand épeautre)
75 gr de purée de noisette
75 gr de chocolat noir à 70 ou 85%
50 gr de sucre de coco
Un œuf
75 gr de noisettes
Une bonne pincée de fleur de sel

 

Documents-2Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger le son d’avoine, la farine, le sucre de coco et le sel. Ajouter la purée de noisettes et travailler le mélange du bout des doigts, jusqu’à obtention d’une texture finement sablée (photo 1 du pas à pas).

Concasser grossièrement les noisettes, et couper le chocolat en grosses pépites (photo 2).

Ajouter l’œuf, puis mélanger avec les mains : on obtient alors une consistance très légèrement collante, c’est normal (photo 3).

Se rincer les mains, éventuellement les huiler légèrement.

Prélever 30g de pâte, la façonner en boule entre les mains, puis l’écraser sur une plaque de cuisson chemisée de papier (photo 4).

Enfourner pour 15 minutes, et laisser refroidir sur une grille avant de savourer.

 

_DSC5954-2

 

 Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...

 

 

 


03 juillet 2014

Pas si « tarte » que ça…

 

 Tarte « soleil » aux jeunes courgettes, pignons et Chavignol

(Recette saine et à IG bas)

 

 

Tarte soleil aux jeunes courgettes 3b-2L’été arrive enfin, avec à la maison une ambiance de « presque vacances »… Les loulous soufflent, après une longue année scolaire terminée en apothéose avec toutes les émotions des révisions (pffff…), des examens (râââh !), des « interros surprise » (gloups !), du théâtre de fin d’année (euhhh…), de l’attente des verdicts de conseils de classe (claclaclac !…), des séparations d’avec les gentils camarades (snif…) et j’en passe.

Bref, après avoir vu avec un brin de tristesse mes pauvres chéris les yeux cernés tout ce mois de juin, je les admire maintenant s’époumoner, caracoler, sautiller dans le jardin un sourire jusqu’aux oreilles et brandissant, selon les âges, une branche de cerisier dépecé (euh, pardon, une Winchester de cowboy…), une raquette de badminton, une poupée échevelée, un MP3 en demandant quel est l'idiot qui a perdu les oreillettes, voire un gros livre pour assommer le frère qui fait trop de bruit quand on essaye de lire … Bref, ils récupèrent bien vite ;)

 

Tarte soleil aux jeunes courgettes (montage 2)-2Pour moi, les « vraies » vacances ne commenceront que dans une dizaine de jours, et pour le moment j’essaie de concilier toute cette petite bande de joyeux lurons d’amour, mon activité professionnelle qui continue sans répit pour le moment, et tous les invités qui se succéderont cet été à la maison. Il m’arrive parfois de me demander comment je vais y arriver… Mais ça, c’est un peu pareil tous les ans au début des vacances, alors faut pas trop s'affoler ;)

Au milieu de ce tourbillon, le moment de la journée que j’apprécie le plus est certainement le petit matin. En ce moment, dès les premiers timides rayons roses, j’aime me précipiter dehors en pyjama et pantoufles, échevelée, mon appareil photo à la main histoire de capter cette lumière si douce... Je ne sens si mes pieds mouillés par la rosée, ni le petit vent frais, ni même l’appel du bon thé qui m’attend tant ce moment de calme m’enveloppe de joie. Pour ce qui est de l’ambiance musicale, les oiseaux s’en donnent à cœur joie ! D’ailleurs j'y connais carrément que dalle en ornithologie, mais j’ai juste remarqué que ceux qui chantent le matin sont les plus mélodieux. Pas comme nous n’est-ce pas ;)? Il faut avoir essayé de chantonner au réveil quand il ne sort de nos cordes vocales qu’un râle chevrotant pour savoir apprécier à sa juste valeur leur performance musicale... Enfin, il faut aussi dire que eux n’ont pas discuté jusqu’à point d’heure avec des invités la veille au soir, ou appelé 45 fois par jour les enfants à l'autre bout du jardin pour débarrasser la table (prendre les douches, ranger les affaires qui traînent dans la salle de bain, etc., cocher la bonne réponse). Ça doit aider…

Tarte soleil aux jeunes courgettes 1-2Bref, comme d’habitude, je me suis laissée aller avec un long préambule qui n’a rien, mais alors rien à voir avec la recette d’aujourd’hui. Désolée. Pour me faire pardonner, maintenant je vous la fais courte : C’est une tarte aux courgettes (qui a dit « noooon, pitié, pas encore une tarte aux courgettes !!! C'est toi? Ben t'avait qu'à pas en planter !) à la fois saine, bonne, et super jolie.

Fine et bien croquante, elle associe des saveurs simples mais succulentes… Quant à cette présentation en « soleil » munissez vous juste d’une règle d’écolier et d’une roulette à pizza : le reste est un jeu d’enfant !

 

Ingrédients pour une tarte de 8 parts
Préparation : 20 min
Cuisson : environ 15 min pour les courgettes, 25 min au four pour la tarte

 

Pour la pâte :

180g de farine T110 de grand épeautre
6 cuil à soupe de vin blanc
3 cuil à soupe d’huile d'olive
2 cuil à café d’origan séché
1 bonne pincée de sel

 

Pour la garniture :

3 jeunes courgettes, bien fraîches et pas trop grosses
1 oignon
3 cuil à soupe d’huile d’olive
35g de pignons de pin
35g de crottin de chèvre de Chavignol
Herbes fraîches ou sèches (origan, sarriette, thym, romarin, etc.)
Sel, poivre du moulin

 

Préchauffer le four à 180°C, si possible en chaleur tournante.

Émincer finement l’oignon, puis le faire revenir dans un wok avec l’huile d’olive, jusqu’à obtention de sucs légèrement caramélisés. Trancher finement les courgettes, les ajouter dans le wok, saler, et faire sauter à feu assez vif en mélangeant souvent pour les faire bien dorer.

Pendant ce temps, mélanger ensemble tous les ingrédients de la pâte et former une boule bien homogène. L’étaler bien finement sur une plaque de four farinée, puis redécouper le tour en s’aidant d’une grande assiette pour tracer un rond bien régulier.

À l’aide d’une règle d’écolier et d’une roulette à pizza, tracer une étoile bien au centre de la pâte.

Quand les courgettes sont cuites et ne rendent plus du tout d’eau, les répartir sur la pâte à tarte, sans en mettre sur « l’étoile ». Ajouter les pignons, le chèvre coupé en tous petits morceaux, quelques herbes et un peu de poivre. Replier les branches de l’étoile sur la garniture puis enfourner pour 25 minutes.

 

Tarte soleil aux jeunes courgettes 4b-2

 

Le "plus" nutritionnel...

Rares sont les pâtes à tarte aussi croquantes à contenir seulement 3 cuillerées à soupe d’huile pour 8 parts ! ;) N’hésitez donc pas à décliner cette recette bien saine  avec d’autres garnitures de saison : vous ne serez jamais déçus...

Pour le reste, cette recette ne contient que des ingrédients sains : épeautre complet, courgettes, herbes, pignons, fromage de chèvre. Elle contistue donc une entrée équilibrée, sans excès de graisses saturées ou de protéines animales, sans faire "exploser" non plus l'indice glucémique (on est loing du friand à la saucisse ou des pizzas du boulanger !), à servir par exemple avec une salade de mesclun.

 

 

 Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...

 

Posté par mariechioca à 14:43 - - Commentaires [197] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26 juin 2014

Connaissez-vous le kéfir de fruits ?

 

Sains et délicieux, des « sodas » 100% naturels pour cet été…

 

1Il y a encore quelques mois, je ne connaissais le kéfir que vaguement, de nom... Et je l’avais classé dans une case de ma tête parmi tous ces gloubi-blouga fermentés plus ou moins gazeux et bizarroïdes du genre kombucha, miso, bortsh, et autres expériences volcaniques évoquant un peu celles du Comte de Champignac (pour ceux qui lisent Spirou et fantasio… Désolé, on a les références qu’on peut !). Trucs paraît-il "super bon pour la santé" dont se régalent certains de mes amis « bio de bio », mais qui pour ma part me laissent toujours un peu dubitative…

Et puis, un jour des vacances de Pâques, une amie de longue date de ma famille du Sud m’en a gentiment proposé un peu (Nicole, si vous lisez ce post, encore un grand merci !). J’ai donc ramené mon pot de grains de kéfir en grandes pompes chez nous, sous le regard vaguement inquiet de mon mari qui se demandait si ça n’allait pas exploser durant le voyage (500 bornes calé dans un coffre, au milieu de tout un fourbi de valises, oreillers, palmes, cartons de provisions, etc. sans compter un gigantesque Marsupilami en peluche trouvé posé à côté d’une poubelle et qu’il a fallu adopter séance tenante, bref, pour être calé il était bien calé le pot de kéfir…).

2La première tournée réalisé à la maison -un kéfir au citron façon limonade- a eu toutefois un grand succès, juste légèrement mitigée par la remarque très "brut de décoffrage" de mon fils : « Mouais, c’est vrai que c'est bon bon, pourtant, vu comme ça sentait le composte ton truc, j’aurai pas cru »

^^

Depuis, j’en ai refait plusieurs fois, en me disant qu’à l’occasion, il faudrait vraiment que je vous en parle car :

-       Il paraît que c’est très riche en ferments probiotiques, et que c’est censé soigner beaucoup de petits et gros tracas de santé

-       Il paraît que le sucre de la boisson est totalement « digéré » par le kéfir et ne modifie pas la glycémie

-       Ça nous fait un soda 100% naturel pour se rincer le gosier cet été

-       C’est su-per bon (et à mon avis, ça sent pas le compost !;;) : Naturellement pétillant, à peine alcoolisé (moins de 1°), légèrement sucré et très rafraîchissant, c’est juste le soda de mes rêves !

Si la recette de base se prépare généralement avec du citron (sa saveur se rapproche alors beaucoup d’une bonne limonade à l’ancienne), n’hésitez pas à le décliner en fonction des fruits rouges que vous aurez sous la main à la belle saison (framboise, cassis, myrtille, etc.) afin de lui donner une jolie couleur « pop » !

3

 Kéfir de cassis "teinté" avec quelques myrtilles surgelées (voir plus bas la couleur rose saumon super étonnante du kéfir de cassis sans les myrtilles...)

 

4Recette du kéfir aux fruits rouges

 

Ingrédients pour 1,5 l de kéfir de fruits
Préparation : quelques minutes
À commencer la veille

 

- 4 grosses cuillerées (en bois ou en plastique, mais jamais en métal) de grains de kéfir bien actifs et bien nourris au sucre de canne (voir conseils généraux plus bas)
- 1,5l d’eau filtrée, ou d’eau de source
- ½ citron bio
- 4 cuil à soupe de sirop d’agave, ou 5 de miel d’acacia
- 2 figues sèches
- Facultatif : Une tasse à café (environ 50g) de fruits rouges au choix et/ou en mélange.

 

 

 

La veille, rincer les grains de kéfir dans une passoire tamis en plastique et les mettre dans un grand bocal en verre.

Ajouter l’eau, le citron coupé en rondelles, les figues et le sirop d’agave. Bien mélanger à la cuillère de bois (ou de plastique, mais jamais en métal) puis couvrir le pot avec une gaze ou un linge maintenu avec une ficelle.

Laisser fermenter 24H à température ambiante. De petites bulles vont apparaître, et les fruits vont remonter sur le dessus ; signe que la fermentation se fait tranquillement. Filtrer le tout au travers d’un filtre perpétuel à café (en plastique) posé dans un entonnoir pour mettre en bouteille.

Cette boisson très rafraîchissante se conserve plusieurs jours au réfrigérateur.

 

 

Et après… 

 

- Bien nourris (au sucre de canne) et entretenus, les grains de kéfir se conservent indéfiniment et se multiplient même au point de pouvoir être distribués à l’entourage…

Pour cela, une fois la boisson filtrée (voir recette plus haut), débarrasser le grain de kéfir de tous les fruits ayant servis à la fermentation (tranches de citron, figues, éventuellement fruits rouges), le remettre dans son pot de verre, ajouter 2 grosses cuil à soupe de sucre et un peu d’eau froide, mélanger (pas avec une cuillère en métal !), fermer le pot et le ranger au réfrigérateur.

Ainsi nourri et en « hibernation », le kéfir se conserve au moins 15 jours sans souci et reste très actif jusqu’à la prochaine préparation.

 

-Si les grains ne se multiplient pas et deviennent plus petits, c’est qu’ils manquent de « nourriture » : il faudra donc ajouter un peu plus de sucre dans le pot, ce qui ne pose pas de souci pour la santé car celui-ci est digéré par le kéfir (le grain de kéfir est en outre à chaque fois soigneusement rincé avant utilisation.)

 

-Tous les articles que j’ai pu lire sur le kéfir préconisent de le nourrir avec du sucre de canne (blanc, complet, roux, au choix) mais ne parlent pas des autres sucrants naturels alternatifs comme le miel, le sirop d’agave, etc. Pour ne pas risquer de perturber mon pauvre kéfir, j’obéis donc à ces recommandations, et le « nourri » au sucre de canne roux entre deux préparations. Mais j’ai tout de même testé la fermentation au miel, au sirop d’agave, et au sucre de coco : ça marche !

Donc, pour l’instant, je le nourri au sucre de canne, je le laisse bien digérer tout ça tranquille quelques jours au frais, les grains deviennent bien beaux, bien gros, puis j’en prélève un peu, je le rince, et je le mets à fermenter avec le citron, les figues (éventuellement d’autres fruits), mais là, au lieu de remettre du sucre, je mets soit du sirop d’agave, soit du miel d’acacia, soit du sucre de coco.

 

- Où trouver des grains de kéfir ? En demandant autour de vous si un « kéfirophile » veut bien vous en donner un peu, en mettant une annonce d’échange dans un magasin bio, ou, en dernier ressort, en achetant sur internet…

 

- Enfin, ne mettez jamais de métal en contact avec le kéfir (même pas un couvercle de pot).

5

Fermentation d'un kéfir au cassis (sans myrtilles cette fois-ci)

 

7

Kéfir de cassis une fois filtré... Quelle jolie couleur, on en boirait ;)

Limonade de kéfir au citron frais et touche de miel 3-2

Kéfir au citron et miel d'acacia

 

8

Kéfir à l'orange et sucre de coco (c'est surtout ce dernier qui a teinté en orangé la préparation)

 

D'autres infos sur le kéfir (propriétés nutritionnelles, variantes, conseils, trouver des grains de kéfir, etc ...)

http://cuisine-saine.fr/blog-cuisine-bio-tests/blog-cuisine-bio-kefir-de-fruits

http://www.les-amis-du-kefir.com/comment-preparer-le-kefir-de-fruit/

http://www.cfaitmaison.com/kefir_fruits/boisson.html

http://je-mange-vivant.com/recette-de-kefir-de-fruit-et-kefir-deau/

 

Edit du 1er Juillet 2014 : Pour trouver des grains de kéfir, voici l'adresse du forum de Karen...

http://cuisine-saine.fr/forums/forum/le-forum-de-cuisine-saine-le-blog-de-cuisine-bio/echange-don-partage-grains-de-kefir-kombucha-mere-de-vinaigre

 

 

 

 

 Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...

20 juin 2014

Un dessert fleuri pour vous parler du livre de Géraldine…

 

 

Entremet à la rose et aux fraises des bois, façon tiramisu

(Sans lait, IG bas)

 

 

1Ce week-end, nous avons ramassé des fraises des bois… Des « bonbons des biches » comme les appelle si poétiquement ma pitchounette (est-ce moi qui suis gravement gaga ou bien est-elle vraiment trop craquante ?;))

Au départ, c’était juste comme ça, pour rigoler, mais quand j’ai vu cette abondance de petites taches rouges vif dans les sous-bois, j’ai commencé à me dire qu’avec beaucoup de chance, il m’en resterait peut-être un peu pour un beau dessert du dimanche. Si j’avais compté sur les garçons, ou sur les plus petites, mon dessert aurait été plutôt mal engagé (bande de goinfres !) mais j’ai aussi une grande fille de 11 ans au très grand cœur, qui a tout de suite mis de côté tout ce qu’elle ramassait pour le dessert de maman :) N’ayant pas de panier, elle a délicatement déposé les petites fraises dans un paquet de mouchoirs vide, lequel fut « mis à l’abri » dans la poche de sa blouse. Mais ayant escaladé un talus pour attraper plus de fraises, puis glissé (à plat ventre…) sur l’herbe humide, elle a bien entendu retrouvé sa cueillette en purée dans le paquet de mouchoirs, et il a fallu recommencer…

2Ce que vous voyez là en photo, c’est donc la toute petite cueillette (92g) de « bonbons des biches » qui a suffit à parfumer de façon sublime tout un dessert… Parce qu’en revenant, je me suis évidement demandé quel dessert réaliser avec 92g de fraises des bois.

92gr « seulement », mais collectées avec tant d’amour et de patience par ma princesse au cœur d’or que je ne pouvais pas me contenter d’une demi solution. Que faire donc de bon avec 92gr de fraises des bois ? Un gâteau ? Oui, mais alors format « gâteau du Schtroumf pâtissier » (3cm de diamètre au plus…) ?

2 financiers ?

4,5 cuillerées à café de confiture ?

Et puis l’idée m’est venue de panacher ces fraises des bois avec d’autres fraises moins poétiques, qui attendaient bien sages dans leur barquette au frigo, en essayant de ce planquer derrière un poulet (raté !). Le résultat a été littéralement exaltant… Enfin un dessert à la fraise qui a « grave le goût de la fraise » dixit le grand frère dans son inintelligible jargon ;)

 

4Voici donc pour vos festins d’été une idée de dessert assez simple mais « qui en jette » : Un entremet très gourmand aux fraises des bois et à la rose, qui a mis nos papilles en émoi pour le dessert du dimanche, et que je compte personnellement refaire très vite ! Ce « tiramisu » ne contient aucun laitage (ni mascarpone, ni petit suisse) c’est l’huile de coco vierge qui lui donne cette texture furieusement fondante ! Cet essai m’a ouvert pas mal d’horizons : moi qui raffole tant de ces petits desserts mousseux, fondant et aériens à savourer à la cuillère, je vais de ce pas tester d’autres versions de « cocomisus » ;)

 

{ Nota : J’ai ajouté une « couronne » de petites roses de mon jardin sur mon entremet, ça en jetait hein ?… Sauf qu’un de mes grands a demandé :

- On les mange, les roses là ?

- Ben non, pas comme ça, laisse-les sur le côté de ton assiette mon chéri.

Alors il a râlé, en me disant que si ça se mangeait pas, ça servait vraiment à rien de le mettre (ça aime pas trop les p’tites fleurs roses les grands zigotos de cet âge là…).

Réponse, sans appel de la grande sœur (qui aime bien, elle, les p’tites fleurs roses…)

- Et les petits parapluies en papier sur les coupes de glace dans les restos, tu les manges toi… ? Banane va !

^^ }

 

3Entremet à la rose et aux fraises des bois, façon tiramisu (sans lait)

Ingrédients pour 4 personnes
Préparation : 10 min
Cuisson : Quelques minutes
Temps de prise au frais : 4 à 6 h minimum

# 250g de fraises des bois, ou d’un mélange de fraises des bois et de fraises normales (à défaut de fraises des bois, vous pouvez utiliser une variété très parfumée comme la Mara des Bois)
# 1/2 sachet de 2g d'agar-agar (soit environ 1gr)
# 1 gousse de vanille
# 7 cuil à soupe de sirop d'agave
# 60g d'huile de coco vierge
# 2 blancs d’œufs
# 3 cuil à soupe d’eau florale de rose bio, bien parfumée et de qualité alimentaire
# Une dizaine de biscuits à la cuillère au sucre de bouleau (ou du commerce, mais l’indice glycémique sera dans ce cas un peu plus élevé)

 

Recette :

Préparer le sirop en mélangeant 3 cuillerées à soupe de sirop d’agave et l’eau de rose. Réserver.

Équeuter les fraises, les couper en 4 (pas les fraises des bois hein, juste les grosses !), puis les mettre dans une casserole avec 4 cuillerées à soupe de sirop d’agave. Fendre la gousse de vanille, gratter soigneusement les graines avec la lame d’un couteau lisse, puis ajouter le tout (graines + gousse) dans la casserole. Saupoudrer uniformément avec l’agar-agar, bien mélanger à froid, puis porter à ébullition sur feu doux, en mélangeant souvent. Compter 5 minutes d’ébullition, puis retirer la gousse de vanille, mixer bien soigneusement avec l’huile de coco vierge, et laisser un peu tiédir. Attention, la préparation ne doit pas non plus trop refroidir, car au dessous de 25/27°, elle figerait sous l’action de l’agar-agar et on ne pourrait plus y incorporer les blancs en neige !

Pendant que la préparation à la fraise tiédit, fouetter les blancs en neige assez souple. En travaillant avec une maryse souple, les incorporer très rapidement à la crème de fraise tiède.

Tremper rapidement quelques biscuits dans le sirop à la rose et en tapisser le fond d’un petit saladier. Verser une couche de mousse encore tiède. Renouveler l’opération, et ainsi de suite, jusqu’à épuisement de la mousse à la fraise

Mettre au frais pour au moins 6 heures, au mieux une nuit, puis servir saupoudré d’un fin voile de cacao.

 

Le « plus » nutritionnel de cette recette :

Si vous réalisez ce dessert avec des biscuits à la cuillère « maison » au sucre de bouleau, l’indice glycémique sera vraiment très bas. Avec des biscuits à la cuillère du commerce, il restera moyen à bas, car il n’y a que très peu de biscuits dans une part, et d’autres facteurs abaisseront de toute façon leur IG (présence d’œufs, de fibres, de matières grasses végétales et d’agar-agar, qui abaissent l’indice glycémique du dessert.)

Contrairement aux tiramisus contenant du mascarpone ou du petit suisse, ce dessert convient en outre  aux personnes intolérantes au lactose.

L’huile de coco vierge contient quant à elle certaines bonnes graisses comme le fameux acide laurique (très présent dans le lait maternel). Il ne faut bien évidemment pas en abuser car elle reste très calorique (c’est une huile !) et riche en acides gras saturés, mais dans ce dessert, avec seulement 15 gr par portion, ça reste vraiment très raisonnable !

 

 

Fleurs en cuisine_CouvCe dessert à la rose est aussi l’occasion pour moi de vous parler d’une personne que j’aime beaucoup : ma chère Géraldine, qui vous régale de ses si poétiques et saines recettes sur son blog « My sweet Faery ». Depuis septembre dernier, j’ai à la maison son très beau livre « Fleurs en cuisine », qui est une grande réussite ! Les recettes sont originales et alléchantes, les photos de toute beauté (en même temps, elles sont de Myriam Gauthier-Moreau, dont les photos si féminines, si poétiques, si élégantes, me font rêver depuis des années !). Vous y trouverez bien sûr des recettes de sirops, de boissons, de desserts ou de bonbons, mais aussi des recettes salées très créatives et poétiques, ainsi que beaucoup d’informations pratiques concernant les fleurs en cuisine. Lesquelles consommer sans souci, en quelle saison, comment les conserver (confitures, gelées, pétales au sucre, sucre aux fleurs, etc…). Pour continuer sur une si belle lancée, Géraldine vient aussi de sortir « Street food bio » que je vous encourage à aller découvrir sur son blog, : j’en ai raffolé ! Mais j’aurai peut-être un de ces jours l’occasion de vous en reparler !

 

13-Riz au lait lilas

"Fleurs en cuisine", Textes et recettes de Géraldine Olivo, Photos de Myriam Gauthier-Moreau

 

Fleurs en cuisine_Cookies

 

18 juin 2014

Hourra !

 

 Les photos sont de retour sur Saines Gourmandises…

 

Juste un petit mot pour vous dire que je viens de terminer ce soir la "réparation" de toutes les photos du blog qui avaient disparu ! Je suis assez euphorique d’avoir enfin fini, car je n’en voyais plus la fin… J’y ai sacrifié quelques (gros) morceaux de nuit et pas mal d’interminables journées mais pour finir - même si je me serais bien passée de ce gros travail en plus - j’ai apprécié de retrouver d’anciens posts que j’avais complètement oublié ^^

Côté photos, j’ai tout remis tel quel, même les anciennes parfois un peu jaunâtres, verdâtres, bleuâtres ou cacadoiâtres datant de l’époque où je les retouchais à la tronçonneuse avec un très mauvais logiciel gratuit, sur l’écran « tout pourri » d’un vieil ordinateur à pédales^^

En tout cas, ça y est, vous pouvez de nouveau vous promener sur le blog et consulter les anciens posts, tout illustrés… je dis surtout cela pour ceux qui nous ont rejoint récemment sur Saines Gourmandises, et qui devaient trouver un peu bizarre ce blog de cuisine sans photo de 2011 à début 2014 !

Bref, voilà une bonne chose de faite ! J’en ai vraiment ba-vé pour remettre toutes ces photos parce que depuis mon premier post, certes 3 ans se sont écoulés, mais surtout, suuuuurtout, 4 ordinateurs ont passé dont un qui ne s’allume plus du tout, alors allez donc chercher les photos du gâteau aux poires du 19 novembre 2011 ou des cookies « flocon de neige » du 12 janvier 2012 ! La question n’était même pas de savoir dans quel dossier elles étaient, mais plutôt sur quel ordi, sur quel disque externe ou clé USB… Rââââ… ;)

J’ai aussi découvert à cette occasion qu’après les coups de soleil, on peut aussi prendre de sérieux coups d’ordi. Si si. Quand t’as une insolation, t’es tout rouge, t’as chaud, t’es un peu gaga, tu vois double et tu marches en titubant. Ben après un bon coup d’ordi (genre « irradié » 13h  dans la même journée devant un écran ) c’est exactement pareil…

Un grand merci aussi à Canalblog (ben oui, comme quoi il faut toujours savoir remercier quand ça va bien) pour l'excellent nouvel outil "image" permettant depuis quelques mois d'insérer des photos haute définition d'une qualité au top !

Ouf, je suis tout de même franchement contente de passer à autre chose, et ça tombe bien parce que j’ai plein de nouvelles recettes à partager avec vous… alors, on se dit à demain ? ;)

Nouveau dossier contenant des éléments

Quelques photos choisies parmi les plus anciens articles du blog... Souvenirs souvenirs ;))

 

 

Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...

Posté par mariechioca à 22:55 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :



11 juin 2014

Avec MSC, cuisinez du poisson aujourd’hui. Et demain aussi…

 

Poisson d’avril de juin chez Naturalia !

 

 

Livre-recette-opération-NaturaliaSi vous habitez la région parisienne (pas comme moi n’est-ce-pas…) vous connaissez sûrement les magasins Naturalia. Or, tout ce mois de juin, pour l’achat de 2 produits labélisés MSC, vous repartirez avec un petit livre de recettes en cadeau !

Pourquoi je vous parle de ça moi, alors que je vis à peut-être 800 bornes du premier Naturalia ? Et bien tout simplement, parce que je me suis rudement bien amusée à faire les photos du fameux livret ;)

Ce fut mon premier travail de « seulement » photographe, en suivant à la lettre les recettes fournies par les marques partenaires… Au final, une belle expérience, vraiment très amusante pour moi, ainsi que pour les enfants qui ont eu chaque soir 3 à 4 plats de poisson différents à savourer (encore mieux qu’au restaurant !). Ah, oui, parce que j'ai oublié de vous dire : je n'avais que 3 jours pour réaliser ces photos avant de partir en vacances de Pâques. Du coup, autant vous dire que ça a swingué dans la cuisine, et je ne vous garanti pas qu'après ça, mon pauvre appareil photo ne sentait pas un peu la sardine (il s'en est remis, depuis...)

rillettes de sardines aux câpres-2Pour les avoir goûtées, les recettes sont vraiment très bonnes, et aussi très « familiales » dans le sens que mis à part les St Jacques snakées, elles n’emploient pas de poisson hors de prix ou difficile à trouver : En gros, vous allez bluffer tout le monde avec des petits plats super appétissants et créatifs en piochant juste dans le placard (sardines, maquereaux, thon…) ou le congel (cabillaud, saumon…). (Oui, je sais, il faut quand même les remplir les placards et le congel, je compatis…)

Si ce petit livre vous tente mais que vous habitez décidément trop loin du premier Naturalia, vous pouvez tout de même gagner 10 livrets en répondant à cette simple question : Que signifie "MSC" ?

Miam Super Cabillaud ?

Mes Sardines Congelées ?

Maquereaux Sauvages au Citron ?

Mazeeeette Super Çà ?

Mange ton Saumon Canadien?

Vous trouverez la réponse (parce que là, si j’étais vous je me méfierai du QCM ci-dessus…) sur le site officiel du label MSC. C’est juste une question de rapidité, les 10 premières bonnes réponses gagnent un livret ! Vous pouvez aussi en profiter pour visiter ce site, qui vous apprendra beaucoup sur les enjeux de la gestion durable des resources marines, sur les méthodes de pêche respectueuses de l'environnement, etc. Toute une démarche que personnellement je "plussoie", tant elle est vitale et urgente...

Pour aujourd’hui, je vous propose la recette avec laquelle je me suis le plus régalée :  C’est une recette d’Yvan Cadiou, idéale pour improviser au dernier moment un petit repas raffiné…

 

 

 

Mousse de saumon crème persil et paprika

mousse de saumon-2

 Ingrédients :

    Pour la mousse de saumon

    • 350 g de saumon labellisé MSC (frais ou surgelé)
    • 6 jaunes d’oeufs
    • 1 généreuse pincée de paprika doux
    • 40 cl de crème liquide (perso, j’y ai mis de la crème de soja car ma crème de vache était périmée : c’était déjà super bon…)
    • 200 g de saumon fumé (réservez 100 g pour la finition)
    • 20 g d’amandes effilées
    • Sel / Poivre
    • Huile d’olive ou de noisette
    • 150 g de mâche

 

    Pour la crème

    • 20 cl de crème de soja
    • Un petit bouquet de persil frais
    • Sel et poivre
    • Le jus d’½ citron
    • 1 pincée de paprika doux

 

    Préchauffez le four à 150°C.

    Détaillez en dés le saumon (frais ou surgelé) et 100 g de saumon fumé. Placez-les dans un blender avec les 6 jaunes d’oeufs et le paprika. Donnez un premier tour de mixer, puis ajoutez la crème. Redonnez un bref tour de mixer afin d’obtenir une belle onctuosité en gardant de la matière.

    Versez cette préparation dans 6 ramequins beurrés et placez-les au bain-marie dans un plat creux rempli d’eau chaude.

    Enfournez à mi-hauteur, 20 minutes environ et surveillez régulièrement. Si les mousses gonflent ou colorent, baissez la température à 130°C.

    Pendant ce temps, mélangez la crème de soja avec le jus du demi citron, une cuillère à café de persil haché, une pincée de paprika doux, quelques tours de moulin à poivre et une pincée de sel.

    Taillez en six petites tranches les 100 g restants de saumon fumé.

    Dès la fin de la cuisson, démoulez les ramequins dans les assiettes.

    Coiffez-les d’une petite tranche de saumon fumé, versez un filet de crème paprika persil, disposez autour quelques bouquets de mâche et parsemez la mousse de saumon d’amandes effilées. Il est possible d’ajouter un filet d’huile d’olive ou de noisette sur le plat pour exhaler le goût de la crème de soja et de la mâche.

 

 

 

terrine de hareng-2Je vous laisse avec une petite interview d’Edouard Le Bart, Responsable du MSC France, qui vous présentera tout l’intérêt de cette démarche si précieuse pour la gestion durable des ressources de la mer…

 

Tout d’abord, pouvez-vous nous présenter le label MSC ?

Le Marine Stewardship Council (MSC) est une organisation mondiale à but non lucratif créée en 1997 pour promouvoir les produits de la mer issus d'une pêche durable. C'est le seul programme reconnu mondialement de labellisation et de certification environnementale pour les pêcheries en milieu sauvage. Quand vous achetez du poisson qui porte le label MSC, vous savez qu’il a été pêché en respectant les stocks de poissons et les écosystèmes marins.  Ainsi vous êtes sûrs de pouvoir profiter des saveurs de la mer aujourd’hui et demain aussi !

 

Pourquoi choisir le label MSC?

En choisissant un produit labellisé MSC, vous :

•         Contribuez à la préservation des océans

•         Récompensez les pêcheurs qui adoptent des pratiques de pêche durable

•         Participez à la préservation de la biodiversité marine

•         Aidez à préserver les stocks de poissons

•         Contribuez à préserver l’activité économique de la pêche

•         Savez que la traçabilité est assurée tout au long de la chaîne d’approvisionnement

 

Pouvez-vous nous présenter l’opération qui a lieu actuellement dans les magasins Naturalia ?

Comme vous le savez peut-être, dimanche dernier (le 8 juin), nous avons célébré la Journée Mondiale de l’Océan, un évènement majeur pour sensibiliser le grand public à l’importance de préserver les ressources marines. Pour l’occasion, Naturalia, première enseigne de distribution bio parisienne, a décidé de mettre en avant son engagement pour le MSC et la pêche durable avec trois marques partenaires (Nature Océane, Food4Good et Phare d’Eckmühl) à travers l’opération « Mangez du poisson aujourd’hui et demain aussi ». Ainsi, durant tout le mois de juin, quand vous achetez 2 produits labellisés MSC chez Naturalia, on vous offre un livret de 10 recettes créées à partir de produits de la mer durables… parce que nous sommes convaincus qu’une consommation responsable peut rimer avec saveur, gourmandise et convivialité !

 

JPEG HD pour livret-2

Brandade de cabillaud, Croquettes de thon au sésame, Fish and chips sans friture, Salade composée au thon et guacamole, Pavé de saumon caramélisé et sa mousseline de potimarron, Rillettes de sardines, Rouleaux de printemps au thon blanc, St Jacques snakées aux jeunes pousses d'épinards et purée de patate douce, Terrine de hareng à la parisienne... A découvrir très vite dans le livre de recettes offert ce mois-ci chez Naturalia !

 

Merci encore à vous gentille Marine (joli prénom, vraiment prédestiné ;)) de m'avoir fais confiance sur ce projet :)

 

Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...

 

 

Posté par mariechioca à 18:15 - - Commentaires [91] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 juin 2014

Mieux que 60 desserts à IG bas ? 97 desserts à IG bas…

 

Les Secrets de la Pâtisserie Bio, suite…

{ Des biscuits à la cuillères, 2 charlottes, un tiramisu, et même un petit cadeau de dernière minute }

 

 

Biscuits à la cuillère 4-2Je sais, je sais, vous êtes nombreux à m’écrire que vous cherchez vainement « 60 desserts à IG bas » (épuisé depuis plus d’un an), à le guetter d’occasion, à me « cuisiner » pour savoir si par hasard il me resterait des exemplaires (ben, en fait oui mais juste un, alors moi aussi j’en cherche ;)) ou a espérer que sa réédition sera pour bientôt… Mais non, hélas.

Aussi, par curiosité, j’ai compté les recettes à IG très bas, bas ou moyen de mon dernier ouvrage sur la pâtisserie bio… Il y en a 97 ! (et même un peu plus en comptant certaines variantes.)

De quoi faire déjà bien patienter ceux qui attendent la réédition non ? ;)

D’ailleurs, depuis 2 semaines que je vous fais saliver en vous parlant de ce livre, si je vous en dévoilais une recette ? :)… Allez, et même deux. Oh, et puis trois. Ou plutôt quatre, parce que vous êtes vraiment gentils…

Aujourd’hui, ce sera donc un zoom sur le biscuit à la cuillère, suivi de quelques déclinaisons plutôt du genre sympathique : charlotte à la fraise, charlotte au chocolat, tiramisu…  (Qui a dit « Pitié, n’en jetez plus, je suis au régime parce que j’ai acheté un maillot de bain 3 tailles en dessous de ma taille habituelle ? » ). Mais pas n’importe quel biscuit à la cuillère, non, un biscuit à IG bas messieurs-dames, au sucre de bouleau (donc, à priori, même pas besoin de revendre le maillot sur Ebay…).

Biscuits à la cuillère 3-2-2Pour un petit rappel sur le sucre de bouleau, c’est ICI, mais sachez, pour résumer si vous ne le connaissez pas encore, que ce sucre présente un indice glycémique au ras des pâquerettes (8 !). Il convient donc particulièrement bien aux personnes diabétiques ou en surpoids. Il n’acidifie pas l’organisme, ne donne pas de caries, et serait même, d’après certains pédiatres scandinaves, une excellente prévention contre l’otite chez l’enfant. Tout blanc, il rend de grands services en pâtisserie bio quand on ne peut pas utiliser de sucre intégral (rapadura, muscovado) ou de sucre de coco à cause de leur couleur trop ambrée qui teinterait de brun les préparations. Je l’ai donc utilisé dans certaines recettes des « Secrets de la pâtisserie bio », en remplacement du sucre glace ou du sucre blanc, comme dans ces biscuits à la cuillère où il fait vraiment illusion !

Cependant, comme le sucre de bouleau est assez onéreux, et que d’autre part il ne faut pas en abuser car il est assez laxatif, les recettes de cet ouvrage qui en contiennent sont minoritaires et ont toujours leur équivalence en cassonade rousse (j’ai aussi beaucoup utilisé dans mon livre le sucre non raffiné, le sucre de coco, le sirop d’agave, le miel, les fruits séchés, etc. pour sucrer raisonnablement et sainement les recettes tout en variant au maximum les différents sucrants, ce qui résume totalement ma démarche en matière d’alternative au sucre blanc. Je le précise une fois de plus car c'est important : Sucrer moins, varier les différents sucres alternatifs).

 

J’ouvre une petite (euh, non, longue) parenthèse (tout à fait hors sujet) pour que vous ne vous affoliez pas si je mets un peu de temps à répondre à vos mails qui ont déjà plusieurs jours. Comme je l’évoquais lors du dernier billet, je suis en train de remettre sur mon pauvre blog dévasté les milliers de photos qui ont presque toutes disparues, pfuiiit, d’un coup de baguette magique informatique. Et c’est une occupation très… euh… occupante.

Alors je ne fais plus que ça, depuis deux jours : charger des photos, les centrer, remettre mes messages d’aplomb. En deux jours (et deux moitiés de nuit…) j’ai déjà « réparé » le blog de maintenant à début 2013, mais je vais m’arrêter parce que là je sature, je vois double, j’ai le coccyx en marmelade – ben si y’a un rapport, restez donc vissés 12 à 14H par jour dans un fauteuil et vous verrez un peu, le tour de rein que vous allez attraper- et pour vous dire à quel point l’heure est grave, j’ai tellement vu passer de photos de bouffe en 48H que même un cliché de fondant au chocolat me laisse aussi totalement insensible qu'une musique d'ambiance dans un acsenceur…)

Biscuits à la cuillère 1-2D’ailleurs, juste une petite question, vous qui vous baladez apparemment de temps en temps sur mon blog (chose que j’aurai dû faire aussi, la preuve..) ça ne vous étonnait pas tous ces posts sans photos ? Ce style épuré à l’extrême, « nude », de Saines Gourmandises, vous avez cru que c’était une petite fantaisie artistique ? Ou peut-être  aviez-vous très bien compris que tout avait buggé, mais êtes trop polis pour oser me le dire… C’est malin ça ! (à moins que chez moi, plus rien de vous étonne, et je ne sais pas comment je dois le prendre^^).

En plus, je ne peux même pas, comme avant hier, me consoler en rêvant d’aplatir le crâne de mon hébergeur d’images à coups de rouleaux à pâtisserie, parce que dans l’histoire, la bourrique d’anthologie à la stupidité hors concours, c’est moi. Ben oui, car il faut savoir que sur une boîte mail « poubelle » - que j’ouvre juste à chaque fois qu’il me tombe un œil-, perdus au milieu d’une meule de foin de mails de La Redoutable, de Vert Boudin, de Kiabu, de la Blanche Perte, etc. etc. (en gros, tous les sites sur lesquels j’ai eu le malheur d’acheter au moins un truc une fois dans ma vie…), il y avait des mails de mon hébergeur. Des mails en engliche please… Plein de mails en engliche. Et si je m’étais donné le mal :

1/ D’aller sur ma boîte poubelle

2/ D’ouvrir ces mails

3/ D’essayer de les traduire, du moins, en gros…

… Au lieu de ronfler tranquille sur mes 2 oreilles en croyant niaisement que c’était un hébergeur « gratuit pour toujours », j’aurai vu que la situation devenait un peu chaude. (« Attention, Marie Chioca, vous n’avez plus droit qu’à 90 jours gratuits ». « Attention, Marie Chioca, vous n’avez plus droit qu’à 30 jours gratuits ». « Attention, Marie Chioca, vous n’avez plus droit qu’à 10 jours gratuits… 9… 8… 7…6…5…4…3…2…1…0 Prrrrrr !!! Your photos has been deleted »). Râââââââh…*

Bref, si je devais frapper quelqu’un pour le coup des photos évaporées, ce serait moi, alors je me suis punie autrement. Des heures de colle. Devant l’écran. Il va bien falloir tremper quelques biscuits à la cuillère dans un grand bol de café pour me remettre de tout ça…

* Pour ceux qui connaissent un peu mon amour des onomatopées bien expressives qui défoulent (empruntées à la littérature du style Super Picsou Géant), « Arg » exprime chez moi le premier degré de stupéfaction catastrophée. « Aaargh » le deuxième degré –quand vraiment, ça se gâte. Quant à « Rââââââh », le râle supprême… je vous laisse deviner.

 

 

 

1 Biscuits à la cuillère (montage)-2Biscuits à la cuillère au sucre de bouleau

 

Difficulté : facile
Temps : rapide
Sans lactose
IG : Bas (si version au sucre de bouleau)

Élément incontournable des charlottes, tiramisus et autres irrésistibles gourmandises, le biscuit à la cuillère n’est vraiment pas compliqué à réaliser ! En revanche, ne tentez pas la réalisation de cette recette avec une farine au blutage plus élevé (T80 ou T110) le résultat ne serait pas à la hauteur… D’autant qu’avec seulement 2gr de farine par biscuit, le bénéfice santé serait quasi nul !

 

Ingrédients pour 30 biscuits
Préparation : 20 minutes
Cuisson : 35 minutes

 

3 œufs
90g de sucre de bouleau en poudre, (ou de cassonade mais IG plus élevé)
60g de farine T65
Un peu de sucre de bouleau impalpable pour saupoudrer les biscuits, ou de sucre glace
¼ de cuillère à café d’extrait de vanille en poudre

 

Préchauffer le four à 180°C, si possible en chaleur tournante.

Séparer les blancs des jaunes d’œufs. Mélanger au fouet à main les jaunes avec la vanille et 35g de sucre dans un bol, sans chercher spécialement à les blanchir.

Parallèlement, commencer à battre les blancs en neige, et dès qu’ils commencent à mousser, ajouter le sucre de bouleau restant (55g) et fouetter jusqu’à ce que les blancs forment de beaux pics brillants (comme pour une meringue).

Mélanger tout d’abord les deux préparations dans un saladier, ajouter la farine en la tamisant, et mélanger le tout délicatement à la spatule pour ne pas trop casser les blancs.

Dresser les biscuits sur une plaque de pâtisserie chemisée de papier cuisson à l’aide d’une poche à douille sans embout, puis enfourner pour 5 minutes à 180°C. Baisser ensuite le thermostat à 150°C (sans ouvrir la porte du four !) pour les 30 minutes restantes. Baisser la température à 125°C si les biscuits commencent à roussir un peu trop (tout dépend des fours).

En fin de cuisson, ne pas sortir les biscuits et les laisser refroidir dans le four, cela leur évite de retomber.

Décoller les biscuits refroidis à l’aide d’une spatule fine, puis les saupoudrer de sucre de bouleau impalpable à l’aide d’une passoire à thé.

Conserver dans une boîte hermétique.

 

 

8 Tiramisu léger aux petits-suisses, miel et citron-2-2-2Tiramisu léger au miel et au citron

 

Difficulté : facile
Temps : rapide
IG : bas
 

Bien plus doux pour la ligne que son cousin traditionnel au mascarpone, ce tiramisu n’en est pas moins gourmand !

J’ai choisi pour cette recette un accord de saveur miel-vanille-citron à la fois simple et exquis, mais vous pouvez décliner cette recette de base aux petits-suisses avec autant de parfums qu’il vous plaira : au café, marsala et cacao comme les tiramisus traditionnels, mais aussi avec un coulis de fruits rouges (fraises, myrtilles…) ou de fruits exotiques (passion, mangue, ananas, kiwi…) selon la saison, sans compter d’autres variantes encore plus originales associant par exemple de l’orange douce et des spéculoos, ou de la crème de marron et une sauce chocolat… Que du bonheur !

 

Ingrédients pour environ 6 tiramisus individuels (selon la taille des coupelles)
Préparation : 10 minutes
Repos au frais : environ 12 heures

 

6 petits-suisses
3 œufs ultra-frais
6 cuil à soupe de miel liquide d’acacia
1 cuil à soupe d’extrait de vanille
10 gouttes d’huile essentielle de citron bio
12 biscuits à la cuillère
Cacao pour saupoudrer
Facultatif : 4 cuil à café de limoncello (vin de citron italien), ou de Cointreau

 

Mélanger dans un saladier les petits suisses, les jaunes d’œufs, le miel, la vanille et l’huile essentielle de citron.

Fouetter les blancs en neige, puis les incorporer délicatement à la crème citron.

Déposer un ou 2 biscuits à la cuillère au fond de chaque coupelle, ajouter éventuellement une cuillerée à café d’alcool, puis verser la mousse au citron.

Laisser au frais une douzaine d’heures, le temps que la mousse se raffermisse, puis saupoudrer de cacao à l’aide d’une petite passoire fine et servir aussitôt.

 

Nota : l’importance des bons œufs…

Contrairement aux œufs de mauvaise qualité, les œufs bio, fermiers et ultra frais apportent aux préparations une saveur très délicate, ainsi qu’une jolie couleur naturellement jaune soutenu (comme sur la photo), car plus les poules mangent d’herbe, plus les jaunes des œufs sont colorés ! C’est absolument parfait pour rendre encore plus attirant un dessert au citron comme celui-ci…

 

 

22 Charlotte aux fraises meringuée pour la fête des Mamans 1-2-2Charlotte aux fraises meringuée

 

Difficulté : un peu délicat
Temps : un peu long
IG : bas

Ingrédients pour une charlotte de 6 parts
Préparation : 20 minutes
Cuisson : 5 minutes
Réfrigération : au moins 6 heures

 

Pour la charlotte :

250g de fraises bien mûres et parfumées
2 petits suisses
Un sachet de 2 gr d’agar-agar
2 blancs d’œufs
6 cuil à soupe de sirop d’agave ou 75g de sucre de bouleau
16 biscuits à la cuillère

Pour le sirop :

5cl d’eau
5cl de sirop d’agave ou de miel d’acacia
Un parfum au choix : 1 cuil à soupe d’extrait de vanille, ou ½ cuil à moka d’extrait d’amande amère pour pâtisserie, ou 5 gouttes d’huile essentielle de citron bio

Pour la meringue :

3 blancs d’œufs
65g de sucre de bouleau

 

Laver, équeuter les fraises et les couper en quatre. Les mettre dans une petite casserole, puis saupoudrer uniformément d’agar-agar en poudre, ajouter le sirop d’agave et bien mélanger. Faire compoter à feu doux en mélangeant souvent, jusqu’à ce que les fraises soient bien tendres et baignent dans un jus sirupeux.

Pendant ce temps, battre 2 blancs d’œufs en neige assez ferme. Réserver.

Mélanger ensemble tous les ingrédients du sirop. Réserver.

Chemiser un moule à charlotte de film alimentaire (pour faciliter le démoulage ultérieur), puis dresser des biscuits à la cuillère rapidement trempés dans le sirop contre la paroi.

Mixer les fraises encore brûlantes avec leur jus et les petits-suisses, puis incorporer immédiatement les blancs en neige en mélangeant assez rapidement. Il ne faut pas laisser la préparation refroidir, car l’agar-agar fige vers 25°C.

Verser la préparation dans la moitié du moule, déposer une couche de biscuits à la cuillère trempés dans le sirop puis terminer de remplir le moule avec la mousse aux fraises.

Mettre au frais au moins 6 heures.

Démouler la charlotte sur une assiette et retirer le film alimentaire.

Battre en neige les 3 blancs d’œufs de la meringue, en ajoutant le sucre au fur et à mesure jusqu’à obtention d’une consistance bien brillante, bien serrée et formant des pics souples.

Étaler la meringue à la spatule sur la charlotte et servir aussitôt, ou réserver au frais mais pas plus de 12 heures.

 

Le petit « plus » qui fait tout : Ajoutez une couronne de fleurs (comestibles !) sur la charlotte : pétales de roses non traitées, pâquerettes, fleurs de pommiers…

 

 

 

14 Charlotte intensément chocolat, pointe de café_Charlotte intensément chocolat, pointe de café…

 

Difficulté : facile
Temps : rapide
Sans lactose
IG : Bas

 

Aussi célèbre qu’irrésistible, la charlotte au chocolat fait l’unanimité… Cette recette ultra fondante et gourmande ne contient absolument pas de beurre ni de crème, et sera donc bien plus digeste et légère !

 

Ingrédients pour une charlotte de 8 parts
Préparation : 20 minutes
Cuisson : quelques minutes
Réfrigération : Au moins 6 heures, au mieux une nuit

 

 

300g de chocolat noir à 70%
Une briquette de 20cl de crème végétale de coco ou de soja
3 œufs ultra frais
75g de sucre de coco
5cl de café assez serré
1 cuil à soupe d’extrait de vanille liquide
1 pointe de couteau de fleur de sel
Une vingtaine de biscuits à la cuillère
Cacao pour saupoudrer

 

Faire fondre dans un bol au bain-marie le chocolat coupé en tous petits morceaux avec la crème de soja, la vanille, le sel et le café. Éteindre le feu avant que le chocolat ne soit totalement fondu, couvrir et laisser terminer de fondre tranquillement.

Séparer les blancs des jaunes d’œufs. Mélanger les jaunes au chocolat fondu, puis bien fouetter pour émulsionner.

Fouetter les blancs en neige souple avec le sel, en ajoutant le sucre en trois fois.

Incorporer délicatement les blancs en neige à la préparation au chocolat, de façon à obtenir une mousse.

Chemiser les parois d’un cercle à pâtisserie de 16 à 17cm de diamètre avec des biscuits à la cuillère légèrement recoupés en biseau à la base (afin de pouvoir tenir debout).

Tapisser le fond du cercle avec les chutes de biscuits, puis verser la moitié de la mousse. Tapisser avec quelques biscuits, puis verser le reste de mousse et égaliser.

Mettre au frais au moins 6 heures, puis saupoudrer de cacao avant de servir.

 

PS : Merci à toi ma chère Steph Marmotte de l'avoir déjà réalisée et mise en ligne sur ton blog :)))

 

couv-2Recettes tirées de l'ouvrage "Les secrets de la pâtisserie bio"... Attention, plus que 10 jours pour profiter des frais de port gratuits sur le site de l'éditeur (chez qui il n'y a pas de rupture de stock...hum) avec le code promo : SPB 14

Dernière minute !

En écrivant ce billet, je pense à une chose (entre autre grâce à Steph Marmotte ;)) : Je ne vous ai peut-être jamais dit à quel point cela me touche quand je vois mes recettes réalisées par d'autres mains :))). C'est tellement chouette de découvrir vos photos, de bien noter vos remarques, de voir ce qui vous a plu, ou au contraire parfois semblé un peu plus difficile... Cela donne "vie" à mon travail, comme si les recettes sortaient ainsi de leurs pages immobiles pour s'animer enfin. C'est  aussi très rassurant pour certaines personnes un peu timides de voir que les recettes ont été "éprouvées" par d'autres blogueuses, et parfois c'est le petit plus qui leur donnera confiance pour se lancer.

Aussi, je vous propose une chose : Si vous avez envie de mettre sur votre blog une recette de ce livre, surtout dites-le moi en laissant un commentaires suite à ce billet avec le lien vers votre article. Cela me permettra de ne pas passer à côté de vos belles réalisations, et de plus, j'ai décidé de vous récompenser en procédant à un tirage au sort le 30 juillet (ça vous laisse le temps de participer, et chaque recette comptera, vous pouvez donc participer plusieurs fois). A gagner, plusieurs livres parus tout dernièrement chez Terre Vivante, je vous redétaillerai tout cela bientôt...

 

 

 

Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog... 

 

 

03 juin 2014

Les résultats du MM#39

 

Et un coup de gueule contre mon hébergeur photo…

 

Voilà, avec quelques heures de retard, enfin les résultats du Muffins Monday 39ème du nom, que j’organisai avec Sophie et Emilie sur le thème des muffins-repas… Merci à toutes d’avoir participé (je dis « à toutes », car comme d’habitude ces messieurs ce sont apparemment contentés de goûter aux créations de ces dames ;)). Pour celles et ceux qui se demanderaient de quoi il s’agit, je vous remets ici le lien du billet d’avril annonçant le concours, ainsi que celui de ma participation au Muffins Monday de septembre (MM#38), pauvre billet dont je viens d'ailleurs de constater qu’il avait été littéralement « sinistré » : Les photos avaient disparu, ou étaient devenues énOOOOOrmes, bref, je viens de passer une bonne demie heure ce matin à tout remettre d’aplomb, et je me rends compte avec désespoir qu’il va falloir que je fasse la même chose avec au moins une cinquantaine d’autres billets de ce blog car mon hébergeur photo (allez, je le cite ou je le cite pas ? Bon, je le citerai pas, je ne suis pas encore assez en colère !!!) fait vraiment n’importe quoi :((((

Merci à toi, ô, hébergeur "buggesque" complètement à l’ouest, pour ces travaux d’Hercule qu’il va falloir que je rajoute à mon emploi du temps, ça tombait bien, je m’ennuyais un peu !

En attendant, ne vous étonnez pas de trouver sur mon pauvre blog des clichés monstrueux (genre, une toute petite myrtille qui fait la taille de tout l’écran). Ce n’est pas moi qui veut vous agresser la vue avec mes photos méga pixelisées en taille poster-publicitaire-de-stad-de-foot qui vous sautent littéralement à la figure… Ne vous en faites pas non plus si parfois il n’y a carrément plus de photo. C’est charmant. Le temps que je rétablisse tout (et j’en ai pour des semaines, voire des mois), chez Saines Gourmandises, ça restera la panique (juste une précision, rien à voir avec l’hébergeur du blog, Canablog, dont je suis au contraire très satisfaite, c'est l'hébergeur photo qui a fumé la moquette....)

Aaaah, recommencer gratuitement et en plus du reste un travail que j'avais déjà fait, pour réparer les co****ies des autres, c'est vraiment tout ce que j'aime ! Que c'est gratifiant, encourageant, créatif et valorisant de passer des heures à recharger des photos sur d'anciens posts... Ach, sabôtache!!!

Allez, trêve de rouspétance, et sans plus attendre voici le nom de la grande gagnante, désignée à l’unanimité tant, et là je cite Sophie lors de nos échanges de délibération, « elle a su faire un magnifique travail, avec beaucoup de recherche, de belles photos et un esprit très nature ». Oui, je raffole moi aussi de ce travail, tout est magnifique : les muffins, les photos de nature, les p’tites bêtes…

La grande gagnante est donc Juliette, du blog « Je peux lécher la cuillère », avec ses Muffins aux asperges {des bois et des jardins} et fromage de chèvre !

Un grand bravo à toi Juliette, et je te souhaite beaucoup d’inspiration pour nous concocter un MM#40 d’anthologie ;) C’est en tout cas bien parti !

96468226 

 

La deuxième place a été attribuée à Lyne, du blog « Epices et moi », pour ses Muffins de Kamut aux fanes de radis, abondance et herbes fraîches.

Epices-moi-Muffins-fanes-radis-4

 

La troisième place a été attribuée à Annie du blog By acb 4 you pour ses Muffins au saumon, chèvre et aneth.

ob_f3f75a_muffin-au-saumon-chevre-d

 

Voilà, à vous trois les filles d’organiser donc le prochain Muffins Monday ! On vous passe le relais, avec l’impatience de découvrir quelles bonnes idées vous aurez pour le prochain sujet ! Encore bravo pour vos recettes qui nous font saliver, mais aussi pour de si belles ambiances de pique-niques printaniers qui transparaissent dans vos billets :)

Un petit mot aussi pour toutes celles qui n’étaient pas dans la sélection : vos participations étaient toutes magnifiques, il n’y en a pas une seule que je n’aurai pas voulu goûter, et c’est toujours un crève-cœur pour moi de devoir trancher (heureusement que je n’étais pas seule à porter le poids de cette décisions) quand vous avez toutes mis tant de cœur à l’ouvrage… C’est la raison pour laquelle je ne raffole pas trop des concours, en tout cas en tant que juré :((( Encore un très grand merci à vous toutes !

 

 Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...

Posté par mariechioca à 11:34 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mai 2014

Plein les yeux…

 

Ma campagne, un soir de printemps

 

1En discutant, parfois, certaines personnes ne comprennent pas que l’on puisse à ce point trouver le Dauphiné merveilleux après avoir passé toute son enfance sur la Côte d’Azur… C’est vrai que la Méditerranée au petit matin sous les premiers feux du soleil, le Vieux-Nice et ses ruelles colorées, l’arrière-pays si rude et authentique, ça en jette, et je peux comprendre que tant de gens soient prêts à traverser des centaines – voire des milliers- de km pour aller le découvrir.

Mais la Côte d’Azur, c’est aussi, hélas, l’impossibilité pour la plupart des natifs du pays de se loger décemment sans se ruiner, les longues files de voitures pare-choc contre pare-choc dès qu’on veut aller quelque part, ce littoral tout bétonné d’immeubles, ces plages où l’on ne peut plus poser un doigt de pied entre les rôtis grillés à l’Ambre Solaire, et toute cette ambiance si tristement « bling-bling », vraiment pas très sympathique…

Alors, tout en gardant au fond de mon cœur une tendre petite place pour ma région natale, je ne peux m’empêcher d’être éblouie par cette terre d’exil, ou plus exactement, d’adoption  : Oui, je t'aime, petit coin de paradis tout vert aux grandes prairies sauvages bordées de clôtures de bois, aux douces collines sur lesquelles se découpent de gros chênes en ombre chinoise quand le soleil décline, et dont l’horizon est tout dentelé de majestueuses montagnes bleutées en été, d’un blanc éclatant en hiver, se parant quelle que soit la saison de teintes parmes ou rose indien au coucher du soleil…

Je suis bouleversée par l’odeur de l’herbe qui vient d’être fauchée ou de la terre labourée après la pluie, attendrie par ces chevreuils qui courent parfois devant la voiture lors des trajets d’école, ressourcée par la quiétude si délicieuse de cette campagne de moyenne montagne à la fois grandiose et riante.

Il y a quelques jours, la lumière est devenue si belle vers 19 heures que nous sommes partis sur un coup de tête mon mari et moi, chacun notre appareil photo à la main, et tel des touristes japonais sur la tour Eiffel nous avons tout mitraillé au pas gymnastique, sachant que se jouait là une course contre les derniers rayons du soleil si pressés de se cacher derrière le plateau… Notre pauvre voisin fermier, trop habitué à cette campagne qui l’a vu naître, nous a regardé comme des bêtes curieuses. Il nous a certes très gentiment salué, mais dans son regard il y avait un peu comme un « Té, prendre en photo de l’herbe, avec deux appareils photos encore, tous des fadas ces gens du Sud » (sauf que là, justement, je vous le fais en mode niçois, vu que ce regard, je ne saurai pas vous le traduire en patois dauphinois…).

Il y avait ce soir là beaucoup de vent, une grande douceur, et je garde de ce « safari photo » improvisé un souvenir merveilleux et touchant. J’avais tout simplement envie de le partager avec vous :)

En vous souhaitant une bien douce promenade en ma compagnie… et un excellent week-end !

 

2

La campagne, vue des chambres de 3 de mes enfants. Dans cette clairière, on aperçoit assez souvent des biches à la tombée de la nuit, ce qui a le don de mettre la plus petite « Chioca » dans un état de béatitude très attendrissant :)

 

3

La prairie sauvage qui borde notre maison côté ouest, ses graminées ondulant sous la caresse du vent (Ahhhh.. Ahhh… Ahhhh tchoum !!!! – Désolée, c’est le pollen… ;))

 

4

Le champ cultivé qui borde le côté sud de notre maison. Il y a quelques jours, la terre était nue, mais depuis des petits plans (de quoi ? j’en sais rien…) ont pointé le bout de leur nez…

 

5

Les champs étaient littéralement baignés de cette si douce lumière, comme souvent le soir en cette saison. Je ne me lasse pas de remplir mes yeux de ce spectacle.

 

6

Détail sur de la sauge sauvage…

 

7

De la folle-avoine… (enfin, je crois, car je ne suis pas très calée en botanique...)

 

8

… ou la légèreté des fleurettes blanches du gaillet.

 

9

Derrière les graminées que j’ajuste dans l’objectif, une ombre s’approche et me fait sursauter…

 

10

Ce n’était que mon ami, le cheval des petites voisines… N’est-il pas beau garçon, avec sa robe chocolat (c’est pour ça que je l’aime !), ses yeux bleus et son nez tout rose ? Ce jour-là, il a été très déçu ! Point de Poupougnette venant lui tendre une carotte, mais juste ses parents, courants très vite avec une drôle de boîte noire vissée devant les yeux ^^ Pff, tous des fadas ces gens du sud…

 

10 a

Non, désolée, cette émouvante ferme en pierres accrochée aux premiers contreforts  du Vercors n’est pas à vendre ;) Elle vous fait rêver ? Hum, moi aussi...

 

10b

Petite devinette : Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ? La perruque d'un ex soixante-huitard ? Un bout de la barbe du père Noël?

 

10c

Allez, je vous aide un peu… Il y en tout le long de la clôture ;)

 

11

Meuhhhhhh ! Ce sont des poils de vache ^^ Elles les laissent sur les clôtures comme nous, mesdames, sur nos brosses à cheveux ;)

 

12

Paparazzi en flagrant délit… J’ai pris aussi quelques photos de mon cher et tendre pour me venger, mais il ne veut pas que je les mette sur le blog ;) Vous voulez savoir ce que j'avais exactement dans l'obejctif à ce moment là?

 

13

...Cette bien jolie petite vache de race montbéliarde, très courante par chez nous. Seuls les fromages réalisés avec son lait (enfin, ceux des vaches de sa race, pas juste le lait de cette vache !) auront droit à l’appellation « St Marcellin ». Quant à cette lumière féérique, elle est due au soleil très doux et rasant qui arrivait face à moi...

 

14

Sous ses vieux arbres, on verrait bien une nappe à carreaux bleus, un panier en osier, un pique-nique et des enfants qui courent dans l’herbe…

(Heu, avec des bottes, parce que j’ai une pétoche terrible des éventuels serpents, rares chez nous, mais pas assez rares pour que je ne sois pas littéralement couverte de sueur froide si je dois avoir de l’herbe plus haut que le niveau des orteils !)

 

15

Au fond, la pointe du Vercors (et derrière cette pointe, Grenoble…)

 

16

Quelques jeunes vignes plantées l’an dernier, j’espère que nos voisins nous inviteront à goûter leur vin :)

 

17

Retour au bercail… Les enfants nous attendent bien sages (sic) à la maison en terminant leur repas. Le bout de toit derrière les arbres, c’est notre nid :)).

Les derniers rayons du soleil donnent une teinte rousse merveilleuse aux châtons de noyers…

 

 

PS : Je précise, avant qu'il ne soit très vexé de mon oubli ;) que certaines photos sont de "Mr Chioca" ;) Non mais...Je vais quand même pas lui piquer son mérite !

 

 

 Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...

 

 

Posté par mariechioca à 10:12 - - Commentaires [131] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 mai 2014

Rendez-vous...

 

... Ce samedi (24 mai) à la librairie Décitre de Grenoble

Pour une séance dédicace de mon nouvel ouvrage "Les secrets de la pâtisserie bio" !

 

96169897

Il y aura du café, du thé, une dégustation de gâteaux (de mon livre !) bref, de quoi passer ensemble un moment bien sympathique...

Vous pouvez venir me voir même sans rien acheter (pas de souci là dessus, vous ne me trouverez pas en train de hurler à travers les allées "y sont fraiiiiis, y sont fraiiiiiiis, y sont tout frais mes bouquiiiiiins !!! Venez vite acheter mes bouquiiiiins !), juste pour discuter amicalement et faire connaissance, ou encore m'apporter votre exemplaire pour que j'y mette un petit mot si vous l'avez déjà (ce sera la veille de la fête des Mères, je sens que je vais dédicacer plus d'un livre à cette intention... et ce sera avec plaisir :)).

Bref, isérois, drômois et savoyards, je vous dis à samedi ! (j'accepte aussi les alsaciens, bretons, basques, picards et autres, mais là ça risque de faire cher en frais de déplacement juste pour une dédicace, un café et 3 spéculoos...)

 

{Nota : Vous avez vu, j'ai fais le post le plus court de toute ma vie ^^ Pour une fois, interdit d'être bavarde, et je ne pourrai d'ailleurs peut-être même pas répondre à vos gentils commentaires -mais en revanche je lirai tout avec plaisir !- car je suis un peu en mode  panique depuis hier : Rien de grave, juste un petit... imprévu (!) venu se greffer sur une semaine déjà bien, bien chargée et qui a semé comme une sorte de vent de folie à la maison. Depuis je n'ai pas d'autre solution que de tout faire "comme dans un film de Charlot passé en avance rapide" (dixit mon moyen fils, un brin moqueur) . Mais tout va bien (Mme la marquise) je gère, je gère. Où est le smiley qui a les yeux qui tournent dans tous les sens et un entonnoir sur la tête? Argh ! }

 

 CHIOCA_FLYER

 

Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...

Posté par mariechioca à 22:25 - - Commentaires [113] - Permalien [#]
Tags :



  1  2  3  4  5    Fin »