Saines Gourmandises... par Marie Chioca

26 août 2015

Pour fondre de bonheur…

 

 3 glaces végétales délicieusement "chocolat"

 (Recettes sans lait et à IG bas)

(...PS : et sans sorbetière aussi !)

 

 

1-glace-vegan-choco-grand-cruChose promise, chose due… J’ai juste un peu mis le temps, mais ça va, vu que je ne vous ai tout de même pas fait le coup de poster mes supers recettes de glaces en janvier, tout va bien ! D’autant plus que la semaine s’annonce encore très belle, très ensoleillée, et qu’en plus (sans vouloir évoquer les choses qui fâchent n’est-ce pas...) c’est le moment où jamais de profiter à fond de ces derniers jours de vacances… avant la rentrée hum.

Comme je vous le disais lors de mon avant-dernier post, ce sont ces glaces-là qui ont donné à mon été une note particulièrement joyeuse et gourmande. Ce ne sont pas des « glaces de régime » (pouah !), car la crème de coco est tout de même assez riche, mais elles sont toutefois particulièrement saines, et en ce qui me concerne ne m’ont pas du tout fait grossir cet été malgré quelques nombreuses orgies petits écarts à l’heure du goûter…

Il existe aussi une version marbrée aux coulis de fruits (abricots, framboise, fraise, au choix) mais celle-là je n’ai jamais pu la photographier à temps… On va dire que c’est la faute des enfants (aïe aïe aïe, heureusement qu’ils ne lisent pas mon blog ;)), pfff, c’est vraiment pas croyable d’être gourmand à ce point enfin quoi, c’est pourtant pas la mer à boire d’attendre un petit quart d’heure au moment du goûter, le temps que je photographie la glace avant de se ruer dessus !

Bref, cela me rappelle qu’ils n’ont jamais été aussi conciliants que ce matin au moment des photos de la glace au chocolat (Maman, tu veux que je te tienne ton réflecteur ? Tu veux que je coupe les ongles à Poupougnette pour la photo ? Que je lui refasse ses couettes ? Que j’aille te chercher ton autre objectif ? Que je finisse la glace que tu viens de photographier ? Je répète : Que je finisse la glace que tu viens de photographier ? Ohé, Maman, QUE JE FINISSE LA GLACE QUE TU VIENS DE PHOTOGRAPHIER ?)

;)

Vous voyez un peu la scène d'ici ?

Mais ce qui est bien chez vous, c’est que vous n’aurez pas à programmer de séance photo-torture avant de servir la glace à vos loulous !

3-glace-marbreeJe précise quelques petites infos pratiques :

Surtout, ne zappez aucun ingrédient (surtout pas la vanille, la fleur de sel, le whisky, le rhum ou que sais-je encore !) car il manquerait quelque chose…

Pour la glace au chocolat 70% (en fait, pour les 2 autres aussi), prenez soin d’utiliser un cacao en poudre que vous venez juste d’ouvrir, car le cacao entamé, comme le café ou les épices par exemple, perd très vite de sa saveur. Et autre précision, non, nooon, on ne met pas de pépites de chocolat à la place du chocolat râpé pour gagner du temps !!! Elles deviendraient dures comme tout, et à la dégustation ça ferait comme si quelqu’un avait tiré dans votre glace avec un fusil de chasse chargé au grenaille !

Concernant la glace marbrée « Irish Coffee »… ça y est, je vais encore passer pour une arsouille ! Bon, ceux qui me connaissent un peu savent à quel point je raffole gravement du mélange chocolat-whisky, surtout quand vient s’y greffer un léger arôme de café… ça me mets dans un état second, au point parfois d’écrire n’importe quoi dans la foulée ;) (souvenir ici, avec ce redoutable fondant au chocolat, où j'ai osé écrire "30" au lieu de "3" cl de whisky...)

Parce que vous allez être une dizaine au moins à me poser la question par mail (et que vous avez raison car un mauvais whisky, ça vous flingue le meilleur des desserts...;)), je précise que j’utilise toujours en cuisine du whisky écossais Glenfiddich (boîte en carton rouge foncé, 15 ans d’âge) : c’est pas donné donné mais comme il est excellent, ça nous fait au final un très bon rapport qualité prix, d’autant plus que si j’ai envie de partager un whisky de temps en temps avec ma petite sœur qui est aussi amateur que moi (rassurez-vous, ça reste très exceptionnel, nous ne sommes pas non plus les petites nièces de Calamity Jane ou du Capitaine Haddock ;)), avec celui-là on se régale vraiment. Là aussi, je précise que je ne suis pas payée par la maison Glenfiddich {dommage hein, d’ailleurs comment on dit en écossais que j’accepte aussi les dons en nature ?}, et je crois aussi que la loi m’oblige à écrire un truc du genre « Attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé », donc ça y est les gars, vous êtes prévenus…

4-glace-tiramisu… Mais comme là on a juste 2 malheureuses cuillères à café de whisky à partager entre 6 personnes, faudrait pas non plus trop nous faire suer !!!

Bon, concernant le café, on m’a offert une machine Nespresso, et pour mes pâtisseries en général j’utilise du café bio équitable de marque Lobodis, provenance Honduras (intensité 9). Il est exceptionnellement parfumé, ce qui est très pratique quand on doit n'en mettre que 3 cl dans une recette. Et là aussi je ne suis pas payée pour faire de la pub… c’est juste pour anticiper les questions ;)

(Bon, tant qu’on y est, la crème de coco est de marque Kara, le sirop d’agave je sais plus, le moulin à café a été chiné chez Emmaüs, les cornets à glace danois achetés la peau des fe**es chez Gamm Vert, la petite fille est de marque « Chioca » -et la grande aussi d’ailleurs-, quant au collier en bois un peu hippie que-je-suis-sûre-que-vous-voulez-toutes-le-même, il a été trouvé dans une décharge près de Grenoble (c’est pas une blague !), voilà, je crois qu’on a fait le tour, et si vous me demandez la marque de l’assiette en étain, des biscuits à la cuillère ou de la tasse, je vais finir par croire que vous le faites exprès !!!)

 ;)

Bonne fin de vacances à tous :)

 

1/ La crème glacée "façon tiramisu"

 

5-glace-tiramisu

Vous fondrez littéralement devant cette texture crémeuse laissant apparaître les biscuits gorgés de sirop, et les fines stries dessinées par le cacao dans la crème !(NB : Cette glace-ci n’est pas végétalienne, car les biscuits à la cuillère contiennent des œufs… )

 Ingrédients pour 4 à 6 personnes
Préparation : 10 min

Pour la crème :
40 cl de crème de coco liquide (marque « Kara », briquette verte, qui monte bien en chantilly)
5 cl de sirop agave
1 c. à soupe d’extrait liquide de vanille
Pour imbiber les biscuits :
3 cl de café expresso très fort
5 cl de rhum ambré
5 cl de sirop agave
Autres :
6 biscuits à la cuillère
3 c. à soupe de cacao

 

Monter la crème de coco en chantilly avec le sirop d’agave et la vanille (pour plus de conseils, voit le post précédent).

Mélanger ensemble tous les ingrédients du sirop.

Y imbiber rapidement 3 biscuits à la cuillère, les déposer un peu espacés au fond d’un plat. Saupoudrer de cacao en s’aidant d’une passoire fine. Verser une couche de crème. Saupoudrer de cacao, déposer par dessus les 3 autres biscuits imbibés. Étaler par dessus ce qui reste de crème à la vanille, saupoudrer de cacao et mettre au congélateur pour environ 4H.

 

6-glace-tiramisu

 

  2/ La glace chocolat "grand cru 70%"

 

7-glace-chocoCelle-ci est une vraie petite folie… et la préférée de la Poupougnette qui tient le cornet là, sur la photo ;)

Pour la réaliser, je me suis tout d’abord livrée à une dégustation à l’aveugle, histoire de voir quel cacao me semblait le plus sublime. Cette expérience n’engage vraiment que moi (je précise là aussi que je ne suis pas payée pour faire de la pub, décidément !) mais après avoir dégusté du Van Houten, du Nestlé Dessert et… une marque bio de commerce équitable, c’est le Van Houten qui est arrivé grand gagnant (ma grande fille qui est très « chocolat » elle aussi a préféré le Nestlé). Quand au cacao bio, il est arrivé hélas, mille fois hélas, très très loin derrière les autres, car s’il sentait délicieusement bon à l’ouverture du pot, en revanche à la dégustation il n’avait absolument aucun goût ! Grosse déception pour moi… Mais ce n’était qu’une marque bio de grande surface, je voudrais bien refaire ce test avec deux autres marques de chocolat que j’aime en général beaucoup (Kaoka et Bonneterre) mais que là je n’avais pas sous la main.

 

Ingrédients pour 4 à 6 personnes
Préparation : 10 min

10cl de sirop d'agave
50g de cacao en poudre
40cl de crème de coco
1 c. à soupe d'extrait de vanille
2 c. à soupe de lait soja-vanille
1 pincée de fleur de sel
45g de bon chocolat noir 70%

 

Monter la crème de coco en chantilly (voir conseils post précédent).

Mélanger à part le cacao, la vanille, la fleur de sel et le sirop d’agave, de façon à obtenir une sauce chocolat un peu liquide.

Râper le chocolat avec un économe.

Incorporer délicatement les copeaux de chocolat et la sauce cacao à la chantilly de coco, en s’aidant idéalement d’une spatule souple pour soulever le mélange dans un mouvement tournant.

Transférer dans un récipient au choix, et mettre environ 4H au congélateur avant de déguster.

 

 

3/ La glace marbrée Irish-coffee

 

8-glace-marbreeLa préférée du Capitaine Haddock, de Calamity Jane et de Marie Chioca...

Ingrédients pour 4 à 6 personnes
Préparation : 10 min

Pour la crème :
40cl de crème de coco
2 c. à soupe de sirop d'agave
1 c. à soupe d'extrait de vanille liquide
Pour la sauce Irish-coffee :
10 cl de sirop d'agave
60g de cacao
2 c. à café de bon whisky
3 cl d'expresso très serré

 

Monter la crème de coco en chantilly avec le sirop d’agave et la vanille (voir conseils post précédent).

Mélanger à part tous les ingrédients de la sauce Irish-coffee. Verser sur la chantilly, puis mélanger de seulement quelques coups de cuillère et transférer dans un plat au choix.

Mettre au congélateur pour environ 4H avant de sevir.

9-glace-marbree-irish-coffee

 

{Mmmmm...Les glaces de Maman !}

11-glace-choco

Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...


14 août 2015

Encore une idée com-plè-te-ment loufoque

 

Petits pots légers de « mousse au chocolat du jardinier »

(Avec des courgettes dedans… mais chuuut !)

 

mousse-au-chocolat-mystere-du-jardiner-2Que les amateurs de glaces se rassurent ! Je n’ai pas renoncé à partager avec vous d’autres déclinaisons de crèmes glacées végétaliennes à base de crème de coco fouettée. C’est juste que j’ai un peu de mal à bien coordonner le tout : car si cela ne me pose généralement aucun souci de réalisation (ces glaces là, j’en fais 2 ou 3 par semaine en ce moment pour régaler mes loulous :)) en revanche c’est pour organiser les photos que ça se corse un peu étant donné que je dois jongler avec des journées bien chargées (je ne peux donc pas toujours m’interrompre dans mes occupations pour shooter la glace au moment du goûter, sachant qu’elle doit être bien « prise » - donc au congel depuis le matin- mais pas trop non plus car si elle surgèle depuis 2 jours c’est la mort de la cuillère à glace, et que je dois donc agir pour cela plus ou moins en milieu d’après-midi, DONC au moment où la glace a le plus de risque de se faire dévorer avant d’avoir eu le temps de se faire tirer le portrait)…

Bref, on va y arriver (déjà 2 recettes validées-shootées sur les 3), mais en attendant je voulais partager avec vous cette recette insolite, que dis-je, saugrenue, farfelue, délirante de mousse au chocolat, inventée un jour d’insolation (mais non, je rigole… chez moi c’est un état permanent) et qui, contre toute attente, a totalement conquis la famille : du Papy très « bon vivant » à la Mamy très « sage » (que je vois si rarement craquer sur du sucré !) en passant par tous mes enfants de 4 à 17 ans, le papa, moi (3 pots dans la même journée, pas taper…), bref, ceci n’est pas une recette attrape-cou***on pour "planquer-les-légumes-dans-le-dessert-histoire-de-les-faire-avaler-aux-enfants-récalcitrants", ni un acte de désespoir profond devant l’abondance de courgettes qui reviennent chaque jour du potager (quoi que…), mais un truc pour se régaler de bon cœur ! D’autant plus de bon cœur d’ailleurs, que l’apport de courgette dans cette recette permet de supprimer toute matière grasse ajoutée, et remplace la moitié des œufs. Au final, on obtient une mousse de saveur très gourmande, très « chocolat », où même Sherlock Holmes, que dis-je, où même un berger allemand dressé à retrouver des courgettes dans les aéroports ne pourrait y déceler la moindre trace de cette célèbre cucurbitacée. La texture est à mon goût absolument parfaite, faisant entendre un délicieux petit « schkriiiiiisch » quand on y plonge la cuillère. Sur la langue, c’est mousseux, fondant, bien épais sans être pâteux, bref, là j’arrête de vous torturer.

Montages-2… et j’enfile mes binocles de Schtroumpf à Lunettes, le temps de bien vous faire la « leçon » : cette recette de « mousse au chocolat du jardinier » ne sera délicieuse que si vous utilisez 100g de courgette bien fraîche, bien jeune, et de saison. Je décortique doctement la chose :

- « 100g », car si vous voulez en mettre plus histoire de recycler davantage encore de cet envahissant légume, vous n’obtiendrez qu’une purée de courgette chocolatée. Boârk.

- « Bien fraîche » car si votre courgette a traîné un peu au frigo (ou sur l’étal) elle développera une certaine amertume, comme toutes les courgettes (et parfois même les humains…) que l’ont fait attendre un peu trop longtemps.

- « Bien jeune » car si vous souhaitez juste prélever pour votre mousse 100g de chair de courgette sur un de ces monstrueux spécimens du potager qui aiment à se dissimuler machiavéliquement sous le feuillage histoire de bien profiter de la vie (jusqu’au jour, inévitable, où l’on finit bien par les retrouver tant leur gros derrière de cauchemar dépasse vraiment toute tentative de camouflage), je ne réponds de rien concernant cette mousse au chocolat. Et vraiment désolée pour vous si, comme moi, vous ne savez plus trop que faire de ces énormes choses de 4, 6, 8 kg à peau de rhinocéros vert foncé et à grosses graines qui laissent comme des paillettes de bois dans les  purées et veloutés !

- Enfin, « de saison » car si vous utilisez des courgettes-globe-trotteur de janvier, ou encore des courgettes surgelées, votre mousse au chocolat périra par noyade.

_DSC6387-2Voilà, donc, pour résumer, puisque le Grand Schtroumpf a dit « 100g de courgette bien fraîche, bien jeune, et de saison », et qu’il ne faut jamais désobéir au Grand Schtroumpf,  je repose mes binocles de Schtroumf à Lunettes et je passe au côté « Mazette-ça-en-jette » de la présentation de la recette. Car là, je suis toute fière de mon coup ;) Ce n’est certes pas la première fois que je « végétalise » des petits pots de mousse au chocolat, mais là, pour cette « mousse au chocolat du jardiner », la présentation en simili petit pots de fleurs semblait couler de source :) Veillez bien cependant à n’utiliser que des contenants de qualité alimentaire, ou alors utilisez-les seulement comme « cache-pot » après avoir versé la mousse dans une verrine (ou une caissette rigide cartonnée à cupcakes) que vous « planquerez » comme ici dans un joli petit cache-pot de zinc, ou un mini pot en terre cuite (à dégoter en jardinerie, souvent au rayon des cactées). Quant aux feuilles et fleurs, assurez-vous, par pitié, qu’elles soient bien comestibles…

 

Ingrédients pour 6 pots
Préparation : 15 min
Cuisson : quelques minutes (+ environ 15 min pour la courgette)
 
100g de bon chocolat noir pâtissier à 70%
100g de jeune courgette de saison, bien ferme, bien brillante, très fraîche (attention, les courgettes qui ne sont pas de saison, ou qui ont « traîné » plusieurs jours sur l’étal ou dans le frigo ne donneraient pas du tout une bonne mousse au chocolat !)
5 cl de lait de soja vanille
5cl de sirop d'agave, ou 7 cl de miel d’acacia, ou 7cl de sirop d’érable
2 œufs ultra frais
1 c. à soupe d'extrait de vanille liquide
Une pointe de couteau de fleur de sel
Cacao en poudre, feuilles de menthe et fleurs COMESTIBLES (!!!) pour décorer

 

_DSC6161-3Couper la courgette en tranches épaisses, la faire cuire 15 min à l’eau bouillante non salée jusqu’à ce qu’elle soit bien tendre.

Pendant ce temps, mélanger dans une petite casserole le lait, la vanille, la fleur de sel, le sirop et faire chauffer. Éteindre le feu dès que ça commence à bouillir.

Couper le chocolat en petits morceaux, le mettre dans un pichet à mixeur, un grand verre mesureur ou un saladier haut et étroit.

Quand la courgette est cuite, bien l’égoutter puis la renverser sur le chocolat, en ajoutant aussi le lait très chaud. Attendre quelques instant que le chocolat fonde au contact des courgettes et du lait chaud, puis ajouter les 2 jaunes d’œufs et soigneusement mixer le tout.

Fouetter les 2 blancs en neige pas trop ferme puis les incorporer à la crème au chocolat avec une spatule souple de type Maryse, en procédant délicatement, dans un mouvement tournant où l’on « soulève » la mousse avec la spatule.

Verser dans 6 petits pots et mettre au frais au moins 6H.

Quand la mousse est bien prise, « gratouiller » le dessus de chaque pot avec une fourchette pour imiter la terre, puis saupoudrer de cacao avec une passoire fine. Planter dans chaque pot de jeunes pousses de menthe et/ou des fleurs comestibles.

Servir aussitôt (car les fleurs n’aiment trop « barboter » longtemps dans la mousse au chocolat !).

_DSC6356-2-2

 

Souvenir, souvenir... pour les "traumatisés de la courgette" qui ne savent plus comment cuisiner ces gentilles envahisseuses de potager... ;)

- Une recette sucrée (comme quoi, je suis une multi-récidiviste du concept)

- Une recette salée :

- Et encore une autre là :

- Et là:

En fait, c'est super bon la courgette ;)

 

 

Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...

 

 

 

 

 

03 août 2015

On attend le remboursement sécu, ou du moins une reconnaissance d'utilité publique...

 

Une vraie crème glacée "vegan" super décadente...

A IG super BAS et SANS sorbetière !!!

 

Montages-2Début août, plein cœur de l’été… certains d’entre vous sont au bord de la mer, à la montagne, à la campagne (dans les embouteillages ? en train de crever de chaud dans un mobil home exposé plein sud au beau milieu d’un camping sans arbres ?) ou en excursion dans de lointaines contrées. D’autres ont courageusement repris (ou conservé !) le chemin du travail. Mais quel que soit votre cas, cette recette devrait ajouter un petit « plus » de bonheur à votre été !

Car qui dit « été » dit aussi, en général, « enfants et mari qui vous mangent des glaces sous le nez à longueur de temps » (je parle pour moi, mais ça m’étonnerait beaucoup de ne pas rencontrer parmi vous le moindre écho compatissant…)

Des glaces terribles, dont rien que le nom (« façon tiramisu avec sa petite sauce expresso et son coulis chocolat», « crème brûlée vanille intense aux pépites de noix de pécan », « caramel beurre salé aux éclats croustillants de crêpe dentelle », etc.) représente une torture pour le seul pauvre être « raisonnable » de la famille, lequel -histoire de ne pas perdre la face- s’évertuera généralement à claironner sur tous les tons que « hé hé, pouah, berk, rien à foutre de toutes ces cochonneries, moi je me régale bien mieux avec mon brugnon ».

Mouais, n’empêche que moi, ça commençait un peu à me taper sur le système ces histoires de glaces. Surtout en entendant les petites remarques innocentes (« Mazette, t’a vu Papa comme c’est bon ces éclats de chocolat noir dans la glace au spéculoos là ? Ouaip, et encore t’as pas tout vu fiston, moi je viens de terminer mon cornet, et le chocolat avec un peu de caramel coulant là, quand t’arrives au bout c’est juste une tuerie !).

N’en jetez pluuuuus !

2J’ai donc commencé par crâner avec le coup du brugnon. Sûr que c’est bon un brugnon, un abricot, une tranche de melon ou une pêche de saison. C’est même excellent. Mais allez savoir pourquoi, ça perd toujours un peu de son glamour au milieu des « sluuurp », « miam » et autres « skronch-skronch » d’une tribu en train d’exterminer 7 cornettos autour dudit brugnon.

Alors je me suis fait des bonnes glaces de fruits « au mixeur », déjà super délicieuses, ça m’a calmé un temps.

Et puis je me suis dit que flûte, pour une fois j’allais craquer sur une vraie cochonnerie « juste pour voir ce que ça fait », et j’ai donc goûté à un de ces fameux cornettos. Verdict : trop sucré. Ouf ! Le brugnon, la prochaine fois ce sera donc sans le moindre regret.

Certaine d’être désormais à l’abri de toute tentation grâce à mes papilles de super héros, j’ai aussi goûté à une glace rhum-raisin. Aïe aïe aïe. Et c’est là que j’ai été prise en traître… impossible de décrocher du bac à glace.

Une fois sur la pente de la décadence, j’ai commis un forfait de plus, et avalé une cuillerée de glace au chocolat 70% équateur. Ce fut ma perte. Ce soir là, je me rappelle que nous avions des invités, et après avoir demandé si tout le monde s’était servi, j’ai proposé de ramener les glaces à la cuisine « pour ne pas qu’elles fondent ». J’ai ouvert le congel, j’ai rangé les bacs « 70% équateur » et « rhum-raisin » dans un tiroir, j’ai refermé le congel. Au loin, j’entendais dans le jardin les rires et les voix de ma tablée d’invités. J’ai rouvert le congel, ressorti les 2 bacs si fascinants, et juste commencé à égaliser un peu les bords (vous savez, là où la glace a commencé à fondre, hummm, que c’est bon…).

3Et 10 minutes après, quand mon petit mari tout inquiet de ne pas me voir revenir est rentré dans la cuisine, il a ouvert des yeux de hibou en trouvant sa si « vertueuse » épouse (officiellement adepte du clan des brugnons) assise devant la petite table de la cuisine, en train de piocher à même les 2 bacs à glace en même temps : ben oui, enfin quoi, c’était si bon, l’association rhum-raisin avec le chocolat noir !!!

Bref, là, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose : Une bonne fois pour toutes, halte aux ingrédients-cochonneries des glaces industrielles ramenées en fraude par le Papa ! J’étais sûre qu’on pouvait faire aussi délicieux, voir même meilleur, avec des alternatives plus saines. Mais pas avec une sorbetière, parce que l’encombrant « bac accumulateur de froid » de la mienne ne rentre plus dans le congélateur {notez qu'il y a passé tout l’hiver- ce qui est très intelligent vu que c’est pile la saison où on ne fait pas de glaces- puis mon mari l’a viré début juin pour bourrer le congélo en « mode Tétris » de légumes, poissons, steaks, bref, tous ces trucs vitaux pour assurer la survie de 8 personnes dont 4 ados en furie tout au long de l’été, sans compter les saucisses pour faire quelques barbecues avec les copains, des glaçons et euh… des cornettos, des glaces, bref, tant pis pour l’accumulateur de froid de la sorbetière…}

J’ai donc testé, au départ sans trop y croire, l’idée loufoque qui m’était venue de congeler une crème « chantilly » réalisée avec une briquette de crème végétale de coco… E-PA-TANT !!! Le résultat est absolument bluffant, très onctueux, délicieusement parfumé, le tout sans sorbetière et sans trop se casser la nénette. Du moment que vous avez au moins un fouet électrique (et un congel…), à vous les bonnes crèmes glacées si terriblement régressives pendant tout l’été !!!*

4Vous avouerai-je qu’avec ce concept, je suis devenue une vraie star à la maison ? Mon cher-et-tendre a même renoncé à rapporter ses fameuses glaces toutes prêtes qui me désolaient toujours un peu pour la santé des enfants : les miennes sont tellement meilleures ;)

Bref, vous l’aurez compris, je me suis pas mal dévouée pour potasser la question ces 3 dernières semaines, et tester tout plein de recettes qui sont autant de tueries. La vie de cobaye, ça a parfois du bon…

Aujourd’hui, je vous propose pour commencer une glace coco-vanille à la texture ultra bluffante, striée de fines marbrures de « faux » caramel à la fleur de sel et agrémenté d’éclats de noix de pécan… Le tout 100% vegan, à IG super bas, et pour un résultat vraiment très pro. Si ça, c’est pas du bonheur !

La semaine prochaine, si j’arrive à vous les photographier avant qu’elles ne soient dévorées, je vous présenterai aussi mes variantes « tiramisu », « chocolat 70% » et « coulis de fruits des bois ». Que-du-bon-heur, j’vous dis !

Profitez bien, c’est chouette l’été :)

 

*Excepté toutefois si vous passez vos vacances en randonnée sauvage avec juste un sac à dos pour dormir sous les étoiles, car dans ce cas, vous manquerez un peu de matériel (non, je ne sais pas faire une crème glacée en pilant des glands entre deux pierres). Mais je me dis aussi qu’à priori, ça m’étonnerait que vous ayez dans ce cas emmené un ordi qu’il n’y aurait aucun moyen de connecter. Donc, vous ne trouverez cette recette qu’en rentrant, donc en retrouvant votre fouet électrique. Donc, en fait tout va bien.

5

 

Ingrédients pour 6 portions
Préparation : 20 min
Cuisson : 1 min 30
Prise au congélateur : au moins 4H

2 briquettes de 20 cl de crème de coco liquide (idéalement, la briquette verte de marque "Kara", qui monte vraiment bien en chantilly) bien froides
5 cl de sirop d’agave
1 c. à soupe d’extrait de vanille liquide
75g de sucre de coco
2 c. à soupe d’eau
1/2 gousse de vanille
60g de noix de pécan
Une bonne pincée de fleur de sel

 

Montages-2 copiePrélever à l’aide d’un biberon 7cl de crème de coco et réserver pour le caramel (à défaut de biberon, on peut aussi peser 70g de crème de coco). Verser le reste de la briquette entamée, ainsi que la deuxième briquette, dans le bol d’un robot pâtissier (ou à défaut dans un saladier) avec le sirop d’agave et l’extrait de vanille liquide. Mettre le tout au congélateur pour frapper la préparation (c’est à dire, la rendre très froide) le temps d’avancer le reste de la préparation.

Découper les cerneaux de noix de pécan en gros morceaux avec un couteau (photo 1). Les brasser dans une passoire afin de retirer les particules trop fines (qui seraient désagréables dans la texture de la glace). Réserver.

Pour réaliser le caramel, mettre le sucre de coco dans une petite casserole avec les 2 cuillerées d’eau et la pincée de sel.

Fendre la demie-gousse de vanille en deux, gratter les graines, puis mettre le tout (gousses + graines) dans la petite casserole. Faire chauffer à feux doux, et dès que le mélange commence à bien mousser, compter 30 secondes de cuisson sans cesser de mélanger. Ajouter ensuite les 7cl de crème de coco réservés à cet usage, les morceaux de noix, bien mélanger et compter une minute de cuisson à reprise de l’ébullition, toujours en mélangeant sans cesse.

Verser dans une passoire (surtout pas en plastique, car c’est très chaud !) posée sur une petite casserole, afin de récupérer les noix caramélisées dans la passoire et le caramel dans la casserole (photo 2). Laisser un peu tiédir à température ambiante, le temps de réaliser la crème coco-vanille.

Sortir la préparation du congélateur. Fouetter le tout plusieurs minutes, soit au robot pâtissier, soit au fouet électrique, de façon à obtenir une chantilly bien ferme (photo 4).

Verser la moitié de la crème fouettée dans un plat (photo 5). Répartir bien équitablement par dessus la moitié des noix refroidies (photo 6), puis environ le tiers du caramel tiède en filet. Verser le reste de crème fouettée, égaliser (photo 7) ajouter ce qui reste de noix et le deuxième tiers de caramel (photos 8 et 9). Donner quelques délicats coups de cuillère pour marbrer légèrement la glace (photo 10), puis couvrir et mettre au moins 4 heures au frais avant de savourer dans des coupes… ou sur des cornets en biscuit !

 

*Nota très importante : On ne met pas tout le caramel dans la glace car autant il est facile d’en rajouter un peu si besoin sur sa coupe de glace au moment de servir, autant il est absolument impossible d’en enlever si quelqu’un trouve sa glace trop sucrée ! Or, avec tout le caramel, moi je la trouve BEAUCOUP trop sucrée... Peut-être même que la moitié seulement du caramel suffirait, mais si on ne réalise que la moitié des proportions, c'est un peu difficile de réussir la cuisson : pour les personnes qui, comme moi, "craignent" un peu les saveurs trop sucrées, je vous recommande donc de réaliser tout le caramel, mais de n'en mettre que la moitié dans la glace. Le reste peut se conserver plusieurs jours au frigo pour agrémenter yaourts, gâteaux, fruits frais...

 

6

 Le saviez-vous?

- Pour réaliser une crème glacée, il faut généralement faire turbiner la préparation dans une sorbetière, car cela évite la formation de cristaux de givre, si désagréables dans une texture de glace. Mais cette recette un peu « magique » peut tout à fait se passer de cette étape, car la crème de coco fouettée associée au sirop d’agave (qui freine beaucoup la formation de cristaux) permet d’obtenir une texture vraiment incroyable !

- N’ajoutez pas les noix et le caramel trop chauds dans la crème de coco fouettée : cela la ferait retomber. Ils doivent être à peine tièdes.

- À noter aussi, cette fois-ci sur le plan diététique, que cette recette est « vegan », c’est à dire qu’elle ne contient aucun produit d’origine animale. Elle conviendra donc parfaitement aux personnes qui seraient par exemple intolérantes aux œufs et/ou aux laitages. Mais le fait qu’elle soit végétale, donc un peu plus digeste pour certaines personnes, n’empêche pas que cette glace soit malgré tout une gourmandise un peu riche, à savourer raisonnablement ! (Hum, bien que ce soit un peu difficile de rester raisonnable, j’avoue, une fois qu’on y a goûté…)

 

7

 

 Nota : Les publicités qui apparaissent sur ce blog ne sont pas de mon fait (je ne peux ni les choisir, ni les supprimer), et ne me rapportent aucune rémunération. Je suis donc profondément désolée si vous en voyez parfois certaines qui ne sont pas dans l'esprit de ce blog...